Sénégal: Les impacts sociaux et environnementaux de l'orpaillage: pollution, travail des enfants et trafic d'être humains

Auteur: Fatou Ndiaye, Sud Quotidien (Sénégal), Publié le: 4 September 2018

"Conséquences de l’exploitation des ressources naturelles à Kédougou - L'horreur dans l"or", 29 août 2018

La recherche de l’or rime avec plusieurs pratiques. Parfois, la façon dont elles sont menées, est à l’origine de plusieurs impacts négatifs sur les populations riveraines des sites d’orpaillage traditionnel et leur environnement. La présence des victimes de la traite des personnes, l’abandon scolaire, le développement de maladies liées à l’usage du mercure et du cyanure sont entre autres conséquences notées dans les zones d’orpaillage à Kédougou...Cette affluence est à l’origine de la traite des personnes, la prostitution forcée de jeunes filles, le travail des enfants et la dégradation de l’environnement. Selon le coordonnateur de projet «Traite des personnes et trafic illicite de migrants» au Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre de l’Office des Nations unies de lutte contre la drogue et le crime (Onudc), Issa Saka, la vulnérabilité des filles et des enfants, reste une réalité dans les zones d’orpaillage traditionnel car les mesures nécessaires n’ont pas été prises pour réguler le secteur. «Même s’il y’a la présence des forces de défense et de sécurité, cela n’a pas forcément eu un impact dans la mesure où c’est un phénomène caché.  Les gens qui font cette traite le font de façon très subtile. Ce qui fait que si les gens ne sont pas dans la posture proactive, ils ont du mal à faire une intervention ciblée » regrette-t-il.  Issa Saka trouve par ailleurs, que cette situation persistera si des mesures ne sont pas prises pour sensibiliser les populations, mais également pour identifier les victimes et les auteurs de la traite...« Les gens voient des filles qui se prostituent à Kédougou mais ne savent pas que la majorité est victime d’exploitation. Il faudrait que les forces de défense puissent agir dans l’identification de ces victimes.  Il ne faut pas se limiter au contrôle sanitaire consistant à vérifier si les filles ont le carnet de santé, mais il faudrait un peu plus pousser l’investigation pour voir dans quelles conditions, elles se prostituent », plaide-t-il...« certaines filles ont été obligées de se lancer dans la pratique». L’exploitation de l’or dans la région de Kédougou a accentué la venue des travailleuses de sexe car, selon Issa Saka, les exploitants traditionnels associent le travail à la souillure....la demande en travailleuses de sexe est très importante...dans les 87 sites d’orpaillage recensés, pas moins d’un millier de filles de joie a été dénombré.

 

Tout lire