Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Vous êtes redirigé vers l’histoire dans laquelle le contenu a été trouvé pour que vous puissiez le lire dans son contexte. Veuillez cliquer sur le lien suivant si vous n’êtes pas automatiquement redirigé dans quelques secondes.
fr/france-ouverture-du-procès-en-diffamation-contre-3-journaux-et-2-ongs-par-socfin-et-sa-filiale-toutes-deux-liées-au-groupe-bolloré#c167508

Sherpa, React, Mediapart, Le Point, l’Observateur attaqués en diffamation par une société du groupe Bolloré, la société SOCFIN

Auteur: Sherpa, Publié le: 24 January 2018

...Le 25 janvier s'ouvrira le procès de Sherpa, attaqué en diffamation par la société luxembourgeoise Socfin, pour avoir relayé un article sur les mobilisations de riverains d'exploitations d'huile de palme gérées par la Socapalm, une de ses filiales au Cameroun.

...[E]n avril 2015, un article de l’ONG ReAct était relayé par Sherpa et les médias visés, faisant état des revendications des populations camerounaises locales à l’encontre de la Socapalm, Socfin et du groupe Bolloré, notamment sur les allégations d’accaparement de terres. Alors que les problèmes fonciers ont été admis dans ce dossier notamment par le groupe Bolloré devant le Point de Contact National (PCN) de l’OCDE...c’est le terme d’ « accaparement de terres » que Socfin considère comme étant diffamatoire...

...Cette plainte semble relever d’une stratégie dite de “poursuites-bâillons” que le groupe a mis en place depuis quelques années : on compte ainsi 20 procédures initiées par Bolloré ou Socfin depuis 2009. 

... Parce que l’intérêt général est en jeu, Sherpa est à l’initiative avec d’autres ONGs et médias du collectif “On ne se taira pas!” pour se mobiliser à l’occasion de ces poursuites. Notre collectif initiera des réformes de la loi française pour qu’elle puisse, à l’instar d’autres pays, empêcher le bâillonnement et mieux protéger la liberté d’expression.

[Fait également référence à Socapalm]

Tout lire

Entreprises concernées: Bolloré Socfin