Suisse : Des milliers de femmes font grève pour revendiquer l'égalité salariale et dénoncer les inégalités hommes-femmes

Auteur: Catherine Frammery, Le Temps (Suisse), Publié le: 17 June 2019

« La grève des femmes de Suisse expliquée au reste du monde », 13 juin 2019 

...La Suisse n’a jamais brillé en matière de droits des femmes. Les hommes ont dit oui au vote et à l’éligibilité des femmes en 1971 seulement (et encore, le non l’a emporté dans huit cantons). L’égalité est inscrite dans la Constitution fédérale depuis 1981.

Mais en 1991, la situation des femmes n’ayant pas beaucoup changé […] quelques poignées de femmes lancent la première grève féministe de l’histoire du pays…

Le mot d’ordre cette année : l’égalité, enfin. Qui passe par plus de temps, plus d’argent et le respect#MeToo est passé par là, ainsi que des paquets de statistiques accusatrices – selon le World Economic Forum (le «Forum de Davos», cher-e ami-e français-e), la Suisse n’est que 20e en matière d’égalité des genres (la France est 12e, le podium de tête étant occupé par l’Islande, la Norvège et la Suède).

– L’écart entre les salaires médians des hommes et des femmes était de 12% en 2018, et surtout: 40% de cet écart ne se justifie ni par l’expérience, ni par la formation, ni par le type de poste, ni par la position hiérarchique. C’est pire pour les postes à hautes responsabilités : à situation équivalente, les femmes gagnent 8861 francs brut, contre 10 878 francs pour leurs collègues masculins. Soit une différence de 18,5%.

– Le travail gratuit (le ménage, les soins aux enfants ou aux personnes âgées) représentait 40 milliards de francs en 2016, dont 24 milliards provenant des femmes. La « charge mentale » est très majoritairement féminine…

Pour toutes ces raisons, les femmes seront dans la rue vendredi pour exiger l’application réelle de leur égalité…[Q]uelques entités publiques ou entreprises font acte de volontarisme en payant un jour d’absence à leurs salariées – comme la Ville de Genève. A l'autre bout du spectre, des femmes ne pourront pas du tout s'absenter, leurs employeurs l'ayant sèchement refusé…Dans l’immense majorité des cas, les femmes sont en fait simplement autorisées par leur entreprise à prendre une journée voire une demi-journée de congé vendredi, qui leur sera décomptée ou qu’elles devront compenser... 

…A 15h23, les femmes qui seront encore au travail sont appelées à quitter leur poste – c’est l’heure à partir de laquelle elles cessent mathématiquement d’être payées par rapport à leurs collègues masculins…

Près des deux tiers de la population suisse, soit 63,5%, soutiennent la grève des femmes du 14 juin, concluait un sondage Tamedia publié la semaine dernière…

Tout lire