Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Vous êtes redirigé vers l’histoire dans laquelle le contenu a été trouvé pour que vous puissiez le lire dans son contexte. Veuillez cliquer sur le lien suivant si vous n’êtes pas automatiquement redirigé dans quelques secondes.
fr/un-tribunal-français-condamne-le-fils-du-président-de-guinée-equatoriale-pour-détournement-de-fonds-dans-un-pays-où-léducation-et-la-santé-sont-sérieusement-sous-financées#c164454

Sursis pour Obiang sur les "biens mal acquis", SocGen épinglée

Auteur: Emmanuel Jarry, Reuters, Publié le: 27 October 2017

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné vendredi le fils aîné du président de Guinée équatoriale à des peines de prison et d‘amende avec sursis mais mis en cause la Banque de France et la Société générale...

...[La présidente du tribunal] a rappelé que la Société générale de banque de Guinée équatoriale (SGBGE), filiale à 42% de la Société générale, avait joué un “rôle essentiel” dans le transfert de fonds à l’étranger au profit de Teodorin Obiang...Elle a cité d‘autres notes internes démontrant que la direction de la Société générale était parfaitement au courant du rôle de sa filiale...

...Selon [elle], la Banque de France a aussi vu transiter de tels fonds “sans qu‘aucune alerte ne soit déclenchée” et a ainsi joué entre 2005 et 2011 un “rôle déterminant” dans les acquisitions de Teodorin Obiang.

Le tribunal a estimé... que la peine principale devait être “essentiellement un avertissement destiné tant à la personne condamnée” qu‘aux autres protagonistes susceptibles d’être impliqués dans le blanchiment.

...Si la condamnation est confirmée, il restera à mener la bataille de la restitution des sommes détournées à la population équato-guinéenne, ce qui suppose notamment une évolution de la législation française, a estimé le tribunal.

Tout lire

Entreprises concernées: Société Générale