Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Tchad: L'éboulement d'une mine d'or fait plus de cinquante morts

Auteur: RFI, Publié le: 30 September 2019

" Éboulement d’une mine d’or au Tchad: le bilan s’alourdit", 30 septembre 2019

Au Tchad, on en sait un peu plus sur l’éboulement qui a provoqué plusieurs dizaines de morts il y’a une semaine dans l’extrême nord du pays. Une mission conduite par le chef d’état-major général des armées sur place est rentrée dimanche et on apprend que le bilan, qui est passé de 30 à 52 morts, pourrait être plus lourd.

Les orpailleurs clandestins victimes de l’éboulement du 24 septembre dernier étaient basés dans le sud libyen et trompaient la vigilance de l’armée pour passer au Tchad et venir creuser dans ce bout de désert composé de sable et de cailloux pour chercher de l’or. C’est pourquoi il a fallu attendre plusieurs jours après l’éboulement avant que les secours n’arrivent. En tout, 52 corps ont été retirés des décombres et sur la base de la liste des orpailleurs recensés, sept manquent encore à l’appel.

« Il doit y avoir encore des gens qui ne sont pas connus », indique une source locale qui admet qu’en raison des va-et-vient entre le Tchad et la Libye, il est difficile de tenir une liste à jour des chercheurs d’or.

Enfin, une source au sein de l’état-major explique que dans cette catastrophe, il n’y pas que des Tchadiens. Des Soudanais participent aussi à cette activité qui dure depuis 4 ans.

Tout lire