Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Tchad : Un défenseur des droits de l'homme condamné par la justice pour sa lutte contre l'accaparement des terres et l'opacité dans l'industrie du pétrole

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Article
30 July 2015

Tchad : Djeralar Miankeol acquitté !

Auteur: L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme (Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT))

Condamné à deux ans de prison ferme pour « outrage à magistrat », la Cour d’appel de Moundou a prononcé la relaxe inconditionnelle de Djeralar Miankeol le 28 juillet 2015. L’Observatoire se félicite de l’acquittement du défenseur des droits à la terre et responsable de l’association Ngaoubourandi, organisation qui s’oppose à l’accaparement de terres et travaille sur les questions relatives à la production pétrolière. « L’acquittement de Djeralar Miankeol est un signe encourageant pour la communauté des défenseurs des droits humains au Tchad. Néanmoins, il reste beaucoup à faire dans ce pays où, à l’approche des élections et sous couvert de lutte contre le terrorisme, ceux-ci sont soumis à un harcèlement accru de la part des autorités », ont déclaré Karim Lahidji, président de la FIDH et Gerald Staberock, secrétaire général de l’OMCT. L’Observatoire se félicite de l’acquittement en appel de M. Djeralar Miankeol et remercie toutes les personnes, organisations et institutions qui sont intervenues en sa faveur.

 

Tout lire

Article
+ English - Cacher

Auteur: Amnesty International

Djeralar Miankeol, Chadian land rights activist and Amnesty International prisoner of conscience, was released on the 28 July. The Court of Appeal of Moundou overturned an earlier High Court verdict that had found him guilty of insulting the judiciary. The Moundou Court of Appeal, after re-examining all the evidences and interviewing Djeralar Miankeol, handed down a not guilty verdict on 28 July. All charges against the activist were dropped and he was released the same day. The President of the Court said, "Djeralar may go to his family and be taken care of. He is free. There is nothing to fear. " This decision comes after a wide mobilisation of Amnesty International movement and a strong lobbying by the organisation and other partners. This case was covered widely by national and international media. Djeralar Miankeol, land rights activist and Director of Association Ngaoubourandi (ASNGA), was arrested on the 7 June by the Public Prosecutor of Moundou after questioning the competence of Chadian judicial officials in a radio interview with FM Liberte on 7 June. The next day, he was charged with ‘insulting the judiciary’ and transferred to the prison of Moundou. On the 30 June, the trial against Djeralar began and on the 7 July, he was sentenced to two years in prison and a fine of 100,000 Cfa francs (around 167USD) by the High Court of Justice of Moundou. Djeralar, through his lawyers lodged an appeal immediately after his sentencing.

Télécharger le document

Article
29 July 2015

Tchad : Ouverture du procès en appel de Djeralar Miankeol

Auteur: L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme (Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT))

Condamné à deux ans de prison ferme pour « outrage à magistrat », le procès en appel de M. Djeralar Miankeol s’ouvre le 28 juillet 2015 devant la Cour d’appel de Moundou. Alors qu’il se trouve toujours dans un état de santé précaire, l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme dénonce vivement le harcèlement judiciaire dont il est la cible et appelle les autorités tchadiennes à procéder à sa libération immédiate et inconditionnelle...« La menace supplémentaire que fait peser son harcèlement judiciaire sur l’état de santé de Djeralar Miankeol n’est pas acceptable. Les autorités tchadiennes doivent abandonner toutes les poursuites à son encontre de manière immédiate et inconditionnelle  », a déclaré Karim Lahidji, président de la FIDH...« Les défenseurs des droits à la terre comme Djeralar Miankeol sont particulièrement menacés parce que les droits qu’ils défendent remettent en cause certains intérêts de l’État ou d’ acteurs économiques et financiers puissants. A minima, l’Etat doit garantir un espace inviolable afin de préserver l’espace d’action des défenseurs des droits à la terre  », a ajouté Gerald Staberock, secrétaire général de l’OMCT...« Alors que l’espace de la société civile se rétrécit dans un contexte marqué par l’approche des élections et la lutte contre le terrorisme, la situation précaire des défenseurs des droits humains au Tchad requiert l’attention la plus accrue de la part de l’ensemble de la communauté internationale », ont conclu Karim Lahidji et Gerald Staberock.

Tout lire

Document
+ Deutsch - Cacher

Auteur: AK Rohstoffe

Djeralar Miankeol, Menschenrechtsaktivist und Direktor der zivilgesellschaftlichen Organisation „Association Ngaoubourandi“ im südtschadischen Moundou, ist am 7. Juli 2015 wegen „Beleidigung der Staatsgewalt“ zu zwei Jahren Gefängnis ohne Bewährung und einer Geldstrafe verurteilt worden.Der AK Rohstoffe, ein Zusammenschluss verschiedener deutscher zivilgesellschaftlicher Organisationen, fordert die sofortige Freilassung Miankeols, dessen Gesundheitszustand besorgniserregend ist.Am 7. Juni 2015 gab Djeralar Miankeol ein Radio-Interview, in dem er die Problematik der Landnahme durch die Eliten sowie die Korruption in Justiz und Verwaltung anprangerte. Am 15. Juni befragte der Staatsanwalt der Region Logone Occidental Miankeol zu diesem Interview und ordnete sodann seine Verhaftung an...Im Tschad fördert seit 2003 ein internationales Konsortium (ExxonMobil, Chevron, Petronas), politisch unterstützt durch die Weltbank, Erdöl. Trotz umfassender Maßnahmen gelang es der Weltbank seither nicht, negative Auswirkungen des Chad-Cameroon Oil & Pipeline Project in der Förderregion zu vermeiden. Die Association Ngaoubourandi, für die Miankeol aktiv ist, macht die fortwährende Landnahme durch Eliten öffentlich und versucht, die in der Folge der Ölproduktion entstandenen Ungerechtigkeiten und Konflikte friedlich zu lösen. Der Flächenverbrauch durch die Ölförderung verschärft u. a. die Konflikte zwischen Ackerbauern und Viehzüchtern...

Tout lire

Article
+ English - Cacher

Auteur: Peace Resources Group, BICC, Misereor, Brot (Für die welt), and others (Germany)

Djeralar Miankeol, a human rights activist and director of the civil society organisation “Association Ngaoubourandi” has been sentenced to two years of prison and a fine on charges of contempt of court on 7 July 2015. The AK Rohstoffe, a network of German civil society organisations, asks for the immediate release of Miankeol, who´s health condition is worrying...In Chad, an international consortium (consisting of ExxonMobil, Chevron and Petronas) started oil production in 2003, with the political backing of the World Bank. In spite of a numerous measures taken by the World Bank, it has not been able to prevent negative effects of the Chad-Cameroon Oil & Pipeline Project in the oil producing region. The Association Ngaoubourandi, for which Miankeol is working, sheds light on the land take by elites and it attempts to peacefully solve injustices and conflicts that have occurred following the exploitation of oil. The conflict between farmers and herders is one that has become more acute because of increasing land scarcity due to oil exploitation...“Djeralar Miankeol’s physical and psychological wellbeing have to be ensured. The climate of harassment of civil society activists in Chad has to stop all together” demands Martin Petry, freelance consultant with good connections in Chad. “German and European policies for sustainable resource use need to include the protection of human rights. This is particularly true in the case of increasing conflicts over access to land following resource extraction” emphasises Lena Guesnet, researcher at BICC.

Télécharger le document

Article
14 July 2015

[PDF] Un défenseur des droits de l'homme condamné à deux ans de prison au Tchad

Auteur: Peace Resources Group, BICC, Misereor, Brot (Für die welt) et d'autres (Allemagne)

Le 7 juillet 2015, Djeralar Miankeol a été condamné à deux ans de prison ferme et à une amende pour outrage à magistrat...L’AK Rohstoffe, réseau d´organisations de la société civile allemande, demande la mise en liberté immédiate de Djeralar Miankeol, qui est dans un état de santé préoccupant...Depuis 2003 et avec le soutien politique de la Banque Mondiale, un consortium international (ExxonMobil, Chevron, Petronas) a commencé l´exploitation du pétrole tchadien. Malgré de nombreuses mesures prises par la Banque Mondiale, elle n´a pu empêcher le « projet pétrole & pipeline Tchad-Cameroun » d’avoir des conséquences négatives dans la zone d´exploitation pétrolière. Dans cette zone, l´Association Ngaoubourandi, pour laquelle Djeralar Miankeol travaille, met la lumière sur l´accaparement de terres par les élites et entreprend de résoudre de manière pacifique des injustices et conflits qui sont survenus suites à l´exploitation du pétrole. Les conflits entre agriculteurs et éleveurs, dus à la raréfication des terres, sont un de ces conflits devenus majeurs suite à l´occupation de terres par l´exploitation pétrolière...« L’intégrité physique ainsi que psychique de Djeralar Miankeol doit être assurée. Le climat de menace contre les activistes de la société civile tchadienne doit cesser » demande Martin Petry, conseiller indépendant bien connecté au Tchad. « Les politiques allemandes et européennes pour une utilisation durable des ressources naturelles doivent inclure la protection des droits de l’homme, particulièrement dans les contextes de conflits d’accès à la terre du fait de l´exploitation des ressources » exige Lena Guesnet, chercheuse au BICC.

Télécharger le document

Article
13 July 2015

Tchad: un militant des droits de l'homme condamné à la prison

Auteur: RFI

Les autorités judiciaires tchadiennes ont condamné à deux ans de prison et 100 000 francs cfa d'amende un militant des droits de l'homme. Djeralar Miankeol est accusé d'outrages à magistrat, pour avoir dénoncé des pratiques tendancieuses de certains magistrats et forces de sécurité dans le dossier de l'accaparement des terres...Le 7 juin dernier Djeralar Miankeol intervient sur la radio FM Liberté. Il évoque la question de l'accaparement des terres dans la région de Moundou. Il dénonce et condamne les pratiques de certains représentants de l'appareil judiciaire, de leur complicité dans ce dossier. Arrêté le 15 juin sur ordre du procureur...3 semaines plus tard il est condamné à 2 ans de prison...Du côté des autorités tchadiennes on estime que la justice n'a fait que son travail. Abdelnasser Garboa, directeur général des droits de l'homme au ministère de la Justice, nie toute implication du pouvoir dans cette affaire. « Il a défendu beaucoup de dossiers, il n’a jamais été inquiété pour cela mais cette fois-ci ce sont des magistrats qui ont écouté des propos qu’il a tenu à leur encontre et ils l’ont interpellé. C’est une affaire purement judiciaire. » Le jour du procès, 75 militants, dont beaucoup d'agriculteurs du département de Guéni ont été interpelé durant quelques heures alors qu'ils venaient soutenir Djeralar Miankeol.

Tout lire

Article
9 July 2015

Tchad : le militant Djeralar Miankeol condamné à deux ans de prison ferme !

Auteur: Assanatou Baldé, Afrik.com (France)

Interpellé depuis le 15 juin pour "outrage à magistrats", le militant de défense des droits de l’Homme Djeralar Miankeol a été condamné, mardi, par le tribunal de Moundou à deux ans de prison ferme et à 100 000 FCFA d’amende. Un verdict que les associations de défense des droits de l’Homme tchadiennes ont vivement dénoncé...Les associations de défense des droits de l’Homme tchadiennes dénoncent d’ores et déjà ce verdict. Elles ont pointé du doigt un procès « injuste » qui ressemble plus à un « règlement de comptes ». Pour elles, l’objectif de ce projet était de faire taire une voix qui dérange afin de permettre la spoliation des terres des paysans. D’ailleurs, pour soutenir le militant tchadien, qui leur prête main forte depuis 2014, plusieurs paysans se sont rendus à l’audience. Mais ils ont été arrêtés et frappés à l’entrée de Moundou et pourchassés dans le reboisement avoisinant. Les soutiens de Djeralar Miankeol craignent aussi que cette condamnation ne vienne aggraver sa santé fragile.

 

 

Tout lire

Article
8 July 2015

08.07.2015 : Djeralar Miankeol a été condamné à deux ans de prison ferme

Auteur: Martin Petry, Peace Resources Group

M. Djeralar Miankeol a été aujourd’hui condamné par le tribunal de Moundou à deux ans de prison ferme et 100.000 FCA d’amende. Je n’ai pas encore des communiqués et déclarations mais je vais partager avec vous ce que j’ai pu comprendre au téléphone ainsi que quelques voies des amis...Le verdict a étonné tout le monde car la peine dépasse ce que le procureur a demandé. C’est le maximum de la peine possible pour outrage à magistrat au Tchad. Les arguments pertinents des avocats et les manquements graves au niveau de la procédure n’ont pas été prise en considération...Les avocats ont fait enregistrer au greffe de ce Tribunal la déclaration d'appel contre ce jugement...Les vacances judiciaires commencent le 15 Juillet il parait. Il est à craindre que le dossier ne soit pas traité par le cours d’appel avant les vacances. Les OSC et les avocats ont fait un point de presse pour présenter au  publique ce qui s’est passé à la maison du citoyen... Nous avons, cependant, une crainte. Compte tenu  de l'État de santé de Djeralar fragile, nous craignons que cette condamnation vienne aggraver sa santé...Nous avons, cependant, une crainte. Compte tenu  de l'État de santé de Djeralar fragile, nous craignons que cette condamnation vienne aggraver sa santé.

Tout lire

Article
+ English - Cacher

Auteur: Amnesty International

Chadian activist Djeralar Miankeol went on trial on 30 June. The verdict is expected to be announced on 7 July. He is a prisoner of conscience. Activist Djeralar Miankeol, Director of Association Ngaoubourandi (ASNGA), was detained from 15 to 22 June at the prison of Moundou. Because he was showing symptoms including a high fever, his lawyers and family asked on 21 June that a doctor examine him. Two days later he was admitted to the regional hospital of Moundou with severe malaria and typhoid. Djeralar Miankeol’s trial began on 30 June. When it was over, the President of the High Court of Justice announced that the court’s decision would be communicated to the parties on 7 July. Djeralar Miankeol and his family have asked for their thanks to be passed to all those who took action on his behalf, and would like to ask them to send more appeals.

Tout lire