Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Thaïlande : La ratification à la convention de l'OIT sur le travail forcé aurait amélioré la situation des pêcheurs, selon l'organisation

Auteur: OIT, Publié le: 14 January 2020

« La contribution d'un protocole de l'OIT à la lutte contre le travail forcé dans la pêche thaïlandaise », 6 janvier 2020

Depuis que la Thaïlande a ratifié le Protocole (n° 29) de l'OIT à la convention sur le travail forcé de 2014, la situation des travailleurs de l'industrie des produits de la mer et de la pêche s'est améliorée. Le projet Ship to Shore Rights de l'OIT a aidé le gouvernement thaïlandais à mettre en place ces changements...

...Les nouveaux amendements sur le travail forcé...peuvent faire beaucoup pour que les employeurs, les travailleurs, les inspecteurs du travail, les procureurs et les juges comprennent combien le problème est urgent, comment l'identifier et comment y mettre fin. Cependant, il reste des défis à relever, en particulier pour faire évoluer les pratiques des employeurs et les règles gouvernementales, et pour faire réellement appliquer les nouvelles règles...

[Un pêcheur] affirme que sur son navire «les choses vont beaucoup mieux. Il y a eu une nette amélioration, la rémunération notamment est bien plus élevée et versée plus régulièrement. La charge de travail est maintenant mieux planifiée et nous avons davantage de temps de repos.»

... la Thaïlande n'a pas encore ratifié les conventions fondamentales de l'OIT n° 87 et 98 et les lois empêchant les migrants de créer et de diriger des syndicats signifient que la plénitude des droits de ces travailleurs – et à travers eux l'éradication du travail forcé – n'est pas encore une réalité.

Tout lire