Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Transparency International/Madagascar dénonce l'opacité et le risque de corruption qui existent dans l'octroi des permis miniers

Auteur: RFI, Publié le: 8 November 2019

"Attribution des contrats miniers à Madagascar: l'opacité règne", 11 novembre 2019

...le gouvernement a annoncé suspendre pour une durée indéterminée le troisième plus grand projet minier du pays, en raison de « mésententes entre le projet et les communautés locales » mais aussi « par manque de clarté sur les bénéfices que pourrait en tirer le pays ». Cette suspension, à quelques semaines du début de la construction des infrastructures de l’usine d’extraction d’ilménite et de zircon, suscite plusieurs interrogations. La société minière, Base Toliara, avait obtenu son permis d’exploitation en 2012...soit un an après le gel de l’octroi de permis miniers. Coïncidence, Transparency International Initiative Madagascar rendait public hier les résultats préliminaires de son étude sur les risques de corruption dans le processus d’obtention de ces précieux permis...

Pour obtenir un permis minier à Madagascar, il faut passer une quinzaine d’étapes...Mais ça, c’était avant 2011. Car depuis cette date, la délivrance des permis miniers est gelée. Impossible donc d’obtenir d’autorisation d’exploitation. Du moins en théorie. Car rien que ces deux dernières années, plus d’une dizaine de permis ont été octroyés. Et c’est justement cette différence, immense, entre la législation et la réalité, que pointe Transparency International Madagascar dans son étude.

« On a découvert que le gel des permis miniers favorisait la négociation entre les promoteurs de projets et les décideurs politiques. Parce que l’octroi des permis miniers passe désormais à travers des paiements de facilitation et des pots-de-vin. Donc il y a un risque élevé de corruption », explique Christian Ihariantsoa, en charge du « secteur minier » au sein de l’ONG...

Qu’en est-il de Base Toliara, la société minière australienne qui vient de se voir suspendre son projet, et qui avait obtenu son permis d’exploitation en 2012, alors en plein régime de transition dirigé par Andry Rajoelina, l’actuel président ? Difficile de le savoir tant l’opacité règne dans le secteur minier.

Toutefois, pour Christian Ihariantsoa, l’événement n’est pas anodin. « Ce que ça révèle là, c’est qu’il y a une faille dans la consultation publique. Et que ce n’est pas uniquement le problème de Base Toliara ! Cette situation concerne l’ensemble des promoteurs miniers dans le pays. Même si les communautés locales sont consultées, leur avis est rarement pris en compte. Pourquoi ? Parce qu’ici, le permis social n’existe pas, contrairement à d’autres pays...»

 

 

Tout lire