Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Tunisie: Les ouvrières des champs sous-payées par les exploitants agricoles

Auteur: Marie Verdier, La Croix, Publié le: 22 November 2019

« La servitude des Tunisiennes des champs », 14 novembre 2019

[Une] profonde nappe d’eau souterraine du gouvernorat...approvisionne...les exploitations des investisseurs [nationaux et étrangers] qui ont fait main basse sur le foncier agricole de cette région. [G]râce à sa nappe…et aux collines rocheuses…qui lui confèrent un microclimat…la région produit 25 % des fruits et légumes du pays pendant les quatre saisons. Aucune infrastructure hydraulique ne ravitaille les villageois d’El-Hania,…«ici on a des terres mais on n’a pas d’eau… ».

[Zina] cueille les légumes...et les porte jusqu’à l’épuisement comme…des autres où elle travaille…« nous étions dix femmes à ramasser chacune…deux tonnes cueilles pour 13 dinars (4,10 €) revenue par tête…c’est une vraie exploitation ». Naziha, 26 ans, diplômée chômeuse… « Si j’avais imaginé qu’après mes études, je…ferais les récoltes, je n’aurais pas étudié… ». [Elles] ont touché de fait que dix dinars, car un dinar a été donné pour la collation et trois pour le chauffeur…

«Les homme refusent de travailler à dix dinars…[mais] pendant la récolte des olives, les hommes sont payés 25 dinars, les femmes, 12 ». Selon…l’Association tunisienne des femmes démocrates...le travail de récolte est assuré à 79 % par des femmes, le sarclage à 70 % et le semis à 65 %...« Dans nombre de villages, les femmes sont seules cheffes de famille…[aussi] leurs garçons gardent le troupeau après l’école, leurs filles font du ménage [et] pendant la période de récolte…beaucoup d’enfants ne vont pas à l’école…», [Hayet Amani, Victoire pour la femme rurale].

[Ces] femmes précaires restent…sans protection sociale,....[abusé par] le «capitalisme prédateur » qui s’est développé dans la région. Selon [une étude]…un processus de marchandisation des terres en indivision jusque dans la décennie 1990 et des incitations de l’État pour les investissements agricoles ont favorisé l’arrivée de promoteurs et d’entreprises exportatrices [nationaux et étrangers] qui ont acquis à bas prix une partie des terres des paysans pauvres ou endettés.  [En plus], depuis 2015, le Forum tunisien des droits économiques et sociaux a recensé le décès de 40 ouvrières agricoles et plus de 500 blessées. Un observateur résume crûment : « Les [capitalistes nationaux et étrangers]...exploitent les terres, font des bénéfices, exportent l’argent...et laissent les pesticides, les plastiques et la pauvreté sur place. »

Tout lire