Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Turquie : La politique de prix de Zara restreint le paiement du salaire vital pour les ouvriers de sa chaîne de sous-traitance, selon une étude

Le Collectif Ethique sur l'étiquette, Public Eye et Schöne Kleren Campagne, (membres du réseau Clean Clothes Campaign), ont publié une étude sur la répartition réelle de la valeur d'un produit phare de la marque Zara : le pull-over R-E-S-P-E-C-T issu de la collection « Just Life ».  BASIC (Bureau d’analyse sociétale pour une information citoyenne) a mené l'analyse du modèle et a mesuré « la capacité de [Zara] à verser un salaire vital tout au long de sa chaîne d'approvisionnement ». 

L'étude démontre une répartition de la valeur du pull-over qui profite à 90 % à la marque, tandis que les ouvriers produisant le pull en Turquie reçoivent un tiers du salaire vital. Selon les ONG, la politique de prix de Zara et la pression qu'elle exerce restreignent le paiement du salaire vital dans sa chaîne de sous-traitance ; les grands perdants de son modèle économique seraient les travailleurs. 

Inditex, le propriétaire de Zara, a réagi à l'étude, déclarant que le rapport de Public Eye était basé sur des prémisses erronées et un compte rendu inexact. Plus de détails ci-dessous (en anglais)

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Rapport
25 November 2019

Analyse de la répartition de la valeur d’un sweatshirt ZARA - l'entreprise choisit le profit à un salaire vital

Auteur: Collectif Ethique sur l'étiquette, Public Eye et Schöne Kleren Campagne

Pour analyser l'impact du modèle économique de Zara et les répercussions de l'évolution de sa stratégie d'approvisionnement, nous avons choisi un produit fabriqué en Turquie, pays devenu l'un des principaux lieux de production des articles de la marque (notamment ceux plus qualitatifs)....

...Cette remontée de toute la chaîne nous a permis d'estimer que sur chaque sweat vendu dans les magasins français à un prix moyen de 26,70 €, la somme des bénéfices générés par les différents acteurs de la chaîne s'élevait à environ 4,70 €, dont 90% étaient captés par la marque Zara à elle seule (soit 4,20 € par sweat).

En vis-à-vis, le montant qui reste pour le paiement des travailleur·euse·s en Turquie s'élève, pour chaque sweat vendu, à 1,19 € pour la confection, 0,62 € pour la fabrication du tissu et 0,06 € pour la fabrication du fil. En Inde, le montant qui reste pour rémunérer les producteurs.rices de coton peut être estimé à 0,06 € et celui pour les travailleur·euse·s à 0,15 € (essentiellement pour le travail dans les champs).

Si on fait la somme de ces montants, on obtient un total de 2,08 € par sweat qui reste pour rémunérer les travailleur·euse·s et les agriculteur·rice·s tout au long de la chaîne d'approvisionnement.

Or, il ressort de nos investigations, notamment de la mission de terrain effectuée par l'un des partenaires de l'étude (Public Eye), que les salaires pratiqués dans les différentes usines en Turquie sont près de 3 fois inférieurs à ce qui peut être considéré comme un salaire décent dans le pays, et qu'il en va de même pour les revenus des producteur·trice·s et travailleur·euse·s dans les champs de coton en Inde.

Télécharger le document

Article
25 November 2019

Zara puise l’efficacité de son modèle dans la main d’œuvre sous-payée qui fabrique ses produits

Auteur: Collectif Ethique sur l'étiquette

« Le coût du respect selon Zara. Comment l'enseigne de fast fashion a choisi le profit au salaire vital des ouvrier.e.s », 21 novembre 2019

Que se cache-t-il derrière un sweatshirt « RESPECT » ? Marque phare du groupe espagnol Inditex, leader mondial de la fast fashion, Zara a vu son chiffre d'affaires multiplié par 5 en moins de 20 ans, pour atteindre 26 milliards d'euros. Elle doit son succès à un modèle unique, décrypté dans notre étude...

...le Collectif Ethique sur l'étiquette et ses alliés, Public Eye en Suisse et Schöne Kleren Campagne aux Pays-Bas, membres du réseau Clean Clothes Campaign, ont entrepris d'analyser la répartition réelle de la valeur d'un produit phare, un sweatshirt noir, floqué du mot « R-E-S-P-E-C-T ». L'étude, confiée au BASIC montre comment Zara, avec un modèle fortement intégré et ultra réactif qui lui permet de s'ajuster au succès de ses produits et de les renouveler en un temps record, capte 90% des bénéfices générés par les différents acteurs de la chaîne. A l'autre bout de les salariés turcs de la confection ont gagné en moyenne 430 euros par mois. Il leur en faudrait près de 3 fois plus pour atteindre un salaire vital.

Or, garantir un salaire vital aux travailleur.se.s est bien une question de modèle économique, donc de choix. Zara aurait tous les moyens de mettre au cœur de son modèle le droit fondamental des travailleur.se.s à toucher une rémunération décente.
Selon nos estimations, pour chaque sweat vendu à un prix moyen de 26,70 € :

  • Zara capte un bénéfice de 4,20 € ; il ne reste que 2,08 € pour rémunérer les travailleur.se.s tout au long de la chaîne d'approvisionnement ;
  • Or, il faudrait au total 5,69 € pour assurer un niveau de vie décent à tous les travailleur.se.s de la chaîne, soit un différentiel de 3,62 € par sweatshirt.

C'est un montant que Zara a largement les moyens d'absorber, en acceptant une redistribution de la valeur, qui doit la conduire au final à transformer son modèle économique.

Ce cas d'étude ne reflète pas l'ensemble du "modèle Zara". Mais il est une illustration éloquente de la capacité de l'enseigne à capter l'essentiel des bénéfices le long de la chaîne au détriment de ses fournisseurs. 

Tout lire

Article
+ English - Cacher

Auteur: Marc Bain, Quartzy

"Zara's sustainable sweatshirt raises troubling fashion ethics issues", 21 November 2019

... An investigation by Public Eye... traced the course of... a €26.67 ($29.50) hoodie from Zara’s “Join Life” line, which it markets as sustainable and says is made by suppliers that received top ranks (pdf) in audits. In estimating the costs involved in making the hoodie, Public Eye says the wages workers earned at each step of production aren’t nearly enough to live on... 

Inditex, Zara’s parent company... [said] “Public Eye’s report is based on erroneous premises and inaccurate reporting,”... The spokesperson notes that Inditex’s true sourcing price “is well above the one used in the report” and that “workers at these factories are paid more than the amounts mentioned in Public Eye’s report.”

... [It] asserts that all factories involved in making the hoodies “have been registered with and supervised by Inditex prior to Public Eye contacting us. Moreover, they all have workers’ representatives responsible for the defense of workers’ social and labor rights. This is in line with our traceability and compliance policies, and there are no issues regarding the salaries of the workers in these factories.”...

Tout lire