Ce contenu fait partie d’une histoire plus large, mais cette histoire n’est pas disponible dans votre langue. Nous vous recommandons quand même de lire ce contenu dans le contexte d’une des histoires suivantes :

Turquie: Prada, la main dans le sac

Auteur: Peuples Solidaires, Publié le: 31 December 2008

...[D]ans les usines de Desa, un fournisseur de la société [Prada] en Turquie, les conditions de travail des ouvriers sont loin d’être luxueuses. Payés une misère et forcés de travailler jusqu’à 40 heures d’affilée, dans des conditions de sécurité déplorables, les ouvriers n’ont même pas la liberté de défendre leurs droits en adhérant à un syndicat...Certains travailleurs se retrouvent ainsi à travailler 220 heures supplémentaires chaque mois, alors que la loi turque du travail prévoit un maximum de 270 heures supplémentaires... par an !...Face à l’indifférence de la nouvelle direction de l’usine, plusieurs centaines d’ouvriers ont décidé en avril 2008 de rejoindre [un] syndicat...ce ne sont pas moins de 44 ouvriers qui ont été licenciés depuis le début du conflit, et 55 qui ont été contraints de quitter le syndicat...En octobre dernier, les évènements ont pris une tournure encore plus inquiétante lorsqu’Emine Aslam, une responsable syndicale de l’usine de Sefaköy à Istanbul, a fait l’objet de chantages et de tentatives de corruption visant à l’inciter à abandonner ses poursuites contre Desa. [fait référence aussi à Mulberry, Samsonite, Aspinals of London]

Tout lire

Entreprises concernées: Prada Samsonite