abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb

这页面没有简体中文版本,现以简体中文显示French

文章

Déchets toxiques: Des victimes remettent un mémorandum à l’ambassade des USA

Le 10e anniversaire du déversement des déchets toxiques en Côte d’Ivoire a été marqué par un sit-in organisé, ce vendredi 19 août 2016, par les victimes membres du Réseau national pour la défense des droits des victimes des déchets toxiques de Côte d’Ivoire (Renadvidet-Ci). Les victimes après avoir expliqué les raisons de leur présence devant cette ambassade, ont remis un mémorandum qui retrace les événements et observations sur l’affaire du détournement de leur indemnisation. Après avoir pris note, des émissaires de l’ambassade des États-Unis ont demandé aux représentants  des victimes de se « référer aux Nations unies pour le traitement de ce type d’affaires. » Il faut signaler qu’une centaine de victimes des déchets toxiques étaient, vendredi, devant l’ambassade des États-Unis à Abidjan pour « exiger qu’il soit délivré des mandats d’arrêt contre les auteurs du détournement des 4,658 milliards Fcfa destinés à l’indemnisation de 6624 victimes… » « Nous avons décidé, à partir de ce vendredi, de reprendre notre grève illimitée de la faim pour exiger l’arrestation immédiate de Koné Cheick Oumar, Gohourou Claude, Awa N’Diaye épouse M’Baye et Digbeu Léocadie condamnés à 20 ans de prison ferme, le mercredi 27 juillet 2016, par la première chambre correctionnelle de la Cour d’appel du plateau », a expliqué Charles Koffi Hanon, président du Renadvidet-Ci. Signalons que le 19 août 2006, un navire, le Probo Koala battant pavillon panaméen, a déversé à Abidjan et ses banlieues plus de 500 tonnes de déchets toxiques faisant de nombreuses victimes dont 15 morts, selon Amnesty international.

Story Timeline