abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb

这页面没有简体中文版本,现以简体中文显示French

文章

En Côte d'Ivoire, les affaires toxiques continuent comme si de rien n'était

Le 19 août 2006, le pétrolier Probo Koala, affrété par la société multinationale de courtage pétrolier basée aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Suisse, Trafigura Beheer BV, a déchargé 500 tonnes de déchets pétrochimiques hautement toxiques sur différents sites d’Abidjan...Selon les informations officielles, l’exposition aux déchets toxiques a provoqué 17 décès et plus de 100.000 personnes ont eu recours à des soins médicaux pour des symptômes allant d’irritations cutanées à des vomissements, de difficultés respiratoires à des brûlures chimiques...Les habitants craignent que les effets de la pollution se fassent encore ressentir aujourd’hui et l’émotion est toujours vive...En 2007...Trafigura est parvenue à un accord avec le gouvernement ivoirien : elle acceptait de verser une indemnisation de 95 milliards de francs CFA (soit environ 195 millions de dollars US) et obtenait en retour la garantie que les autorités ivoiriennes n’entameraient aucune poursuite. Trafigura a aussi eu affaire à la justice dans les pays dans lesquels elle est légalement implantée. En 2010, un tribunal hollandais l’a jugée coupable d’exportation illégale de déchets des Pays-Bas et l’a condamnée à une amende d’un million de dollars US, mais aucune enquête n’a été menée sur ce qui s’est produit en Côte d’Ivoire...au Royaume-Uni, Trafigura a obtenu un accord à l’amiable en vertu duquel elle s’est engagée à verser environ 1500 dollars US à chacun des 30.000 plaignants, mais, une fois encore, sans aucune reconnaissance de responsabilité...La bataille juridique à propos du détournement des fonds destinés aux victimes est toujours en cours. Environ 6000 des 30.000 personnes concernées attendent toujours un dédommagement...[Se réfère aussi à Puma Energy (copropriété de Trafigura et Sonangol maintenant), Petroci et Tommy].   

Story Timeline