abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb

这页面没有简体中文版本,现以简体中文显示French

文章

Le Royaume-Uni donne son feu vert à la criminalité d'entreprise

...[L]es autorités britanniques ont reconnu qu'elles ne disposaient pas des outils, des moyens ni des compétences nécessaires pour enquêter sur le rôle du géant du négoce de marchandises Trafigura dans le déversement de déchets toxiques en Côte d'Ivoire...À la suite de ce déversement, plus de 100 000 personnes avaient consulté un médecin en raison de différents problèmes de santé. Les autorités ivoiriennes ont fait état d'au moins 15 morts..."Le renoncement du Royaume-Uni à agir est un nouveau désastre pour la justice et l'obligation de rendre des comptes.[...]"a déclaré…Amnesty International...[qui] souligne que l'affaire Trafigura n'est pas une exception et dénonce de nombreux autres cas dans lesquels de puissantes multinationales britanniques sont impliquées dans de graves violations relatives aux droits humains commises à l'étranger, en possible violation du droit pénal du Royaume-Uni...Amnesty International demande :

  • une législation plus ferme pour que les entreprises britanniques aient directement à rendre des comptes pour les graves crimes commis dans le cadre de leurs activités internationales…
  • davantage de moyens, de formation et de soutien spécialisé pour les enquêteurs qui s'occupent de la criminalité d'entreprise.

...Trafigura nie toute responsabilité...

Part of the following stories

Trafigura lawsuits (re Côte d’Ivoire)

Le Royaume-Uni dit qu’il n'enquêtera pas sur l’implication de Trafigura dans le déversement de déchets toxiques en Côte d'Ivoire par manque de moyens