abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb

This page is not available in 繁體中文 and is being displayed in French

文章

Liban : Les travailleurs domestiques migrants licenciés sans possibilité de rapatriement suite à la crise économique

« Au Liban, les travailleurs domestiques migrants sur le carreau », 16 juillet 2020.

Les travailleurs domestiques migrants subissent directement les retombées de la crise économique libanaise. Renvoyés par leurs employeurs mais encore sous le joug du système kafala, leur garant et les autorités politiques n’organisent pas de rapatriements et les laissent sans ressource...près de cinquante travailleurs domestiques éthiopiens s'étaient rassemblés devant leur ambassade au Liban. Ils demandaient à retourner dans leur pays, après avoir été abandonnés par leur sponsor, suite à la dépréciation de la monnaie locale par rapport au dollar. Leurs employeurs ont invoqué la même raison pour les renvoyer...Ils n'ont plus de travail, ni logement, ni nourriture. Un grand nombre d'entre eux ont enduré des violences physiques et psychologiques, ainsi que des abus sexuels. Il n'est pas rare qu'ils soient enfermés à l'intérieur des maisons où ils travaillent et qu'ils se voient retirer tous leurs papiers d'identité...

Le coût total d'un retour au pays natal s'élève à 1400 $ par personne environ...Sans aide et sans papiers d'identité, pour la plupart, ils ne peuvent pas quitter le Liban...« Le problème principal, c’est que Ethiopian Airline impose le paiement du billet d’avion en dollar américain et le coût est élevé. A cela s’ajoute la réservation d’un hôtel pour quatorze jours », a indiqué Lamia Yammine, la ministre du Travail....Les travailleurs domestiques éthiopiens ne sont pas les seuls...D’autres, originaires du Ghana, d’Indonésie, de Philippines, de Sierra Leone, du Soudan ou de Syrie, sont confrontés aux mêmes difficultés...