abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthC4067174-3DD9-4B9E-AD64-284FDAAE6338@1xinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshIconnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb

Diese Seite ist nicht auf Deutsch verfügbar und wird angezeigt auf French

Artikel

24 Mär 2022

Autor:
Raphaël Boukandoura, Ouest France

Le groupe Yves Rocher poursuivi en justice pour l’une de ses filiales en Turquie

Les associations Sherpa et Actionaid ainsi que le syndicat turc Petrol-Is ont annoncé, mercredi 23 mars, l’ouverture d’une action judiciaire contre le groupe Rocher. La marque de cosmétique, qui a son siège dans le Morbihan, est poursuivie pour les actions de sa filiale turque Kosan Kozmetik, sur la base du « devoir de vigilance ». Un concept introduit dans le droit français en 2017 et qui impose aux grands groupes français de veiller au bon fonctionnement de leurs filiales à l’étranger, afin, notamment, de prévenir toute atteinte grave aux droits des employés.

En 2018, les ouvrières de cette entreprise de 350 salariés, située à Gebze, dans la banlieue d’Istanbul, qui protestaient contre leurs conditions de travail et de rémunération, avaient demandé la création d’un syndicat.

La direction turque de l’entreprise, dont les produits sont commercialisés en Turquie sous la marque Flormar, avait alors tout fait pour empêcher la création d’un syndicat, allant jusqu’à licencier 132 employées sous des prétextes fallacieux, affirme le syndicat Petrol-Is. « Le groupe Rocher (qui a acquis 51 % de l’entreprise, en 2012) aurait dû identifier la Turquie comme étant une zone à risque en termes de droits des femmes, de droit du travail et de liberté syndicale et développer un plan de vigilance conséquent pour éviter qu’une telle situation se produise. En ne le faisant pas, nous considérons qu’il a manqué à ses obligations », détaille Lucie Chatelain, de l’association Sherpa.

Après une mobilisation sociale de près d’un an, très suivie en Turquie, et une longue bataille judiciaire, les ouvrières licenciées se sont vu accorder une indemnisation par l’entreprise. « Mais cette indemnisation est insuffisante... », témoigne Sebahat Zengin, 28 ans. Depuis, la jeune femme est au chômage...

La première audience de ce procès des ouvrières turques de Flormar...est prévue pour le 30 juin.

Sollicité mercredi 23 mars, le groupe Rocher, par ailleurs confronté au maintien de ses activités en Russie, n’a pas donné suite.

Zeitleiste