abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb

このページは 日本語 では利用できません。{displayed language} で表示されています。French

記事

Tchad: La société civile mène une campagne pour le rétablissement d'internet et des réseaux sociaux fermés depuis des mois

"Campagne contre la censure des réseaux sociaux au Tchad", 18 janvier 2019

Depuis le 28 mars 2018, les Tchadiens sont privés d'accès libre aux réseaux sociaux suite à la censure imposée par les autorités. Le gouvernement fait face depuis plus de deux ans à des contestations sur la toile...La campagne fait suite à des actions menées par l'Ong Internet Sans Frontières, les associations de la société civile tchadienne depuis mars 2018 contre la censure des réseaux sociaux...Depuis la réélection contestée en Avril 2016 du Président Idriss Déby...plus de 400.000 internautes tchadiens sont régulièrement privés d'un accès normal à Internet et aux réseaux sociaux selon l'Ong Internet Sans Frontières...Cette campagne s'étale sur cinq mois a déclaré Abdelkerim Yacoub Koundougoumi, le responsable de la division Afrique centrale de l'Ong Internet Sans Frontières. "Nous avons décidé de passer à la vitesse supérieure, de nous faire entendre à l'international en mobilisant les organisations de défense des droits numériques pour pouvoir faire la lumière sur la situation inacceptables des droits numériques que ce gouvernement est entrain de violer", a déclaré Abdelkerim Yacoub Koundougoumi...Des actions en justice contre les compagnies de téléphonie mobile et le gouvernement tchadien n'ont pas permis de rétablir les droits des citoyens à se connecter librement aux réseaux sociaux. Pour Sosthene Mbernodji, secrétaire général du Mouvement citoyen pour la préservation des libertés le MCPL, cette situation est tout simplement un recul pour la démocratie tchadienne. "Aujourd'hui internet est incontournable, mais les réseaux sociaux sont bloqués pour des raisons qu'on ignore. C'est un recul, on n'est pas loin de la Birmanie ou de la Corée du Nord. On demande de façon incessante, de façon péremptoire au gouvernement tchadien de lever cette mesure qui n'a que trop duré". Contacté, le Ministre tchadien  de la communication, porte-parole du gouvernement tchadien, Oumar Yaya a indiqué qu'il ne voit pas l'opportunité de se prononcer sur ce sujet.