abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthC4067174-3DD9-4B9E-AD64-284FDAAE6338@1xinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshIconnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb

Diese Seite ist nicht auf Deutsch verfügbar und wird angezeigt auf French

Artikel

21 Jan 2022

Autor:
Le Monde et AFP (France)

Myanmar : TotalEnergies et Chevron se retirent du pays, citant la dégradation des droits de l'homme depuis le coup d'Etat

"TotalEnergies et Chevron se retirent de Birmanie, presque un an après le coup d’Etat", 21 janvier 2022

Le géant de l’énergie français TotalEnergies, nouveau nom de Total depuis mai 2021, a annoncé, vendredi 21 janvier, son retrait de Birmanie, où il était partenaire et opérateur du champ de gaz de Yadana. Peu de temps après, le grand groupe pétrolier américain Chevron a annoncé qu’il prenait une décision similaire concernant ses propres activités dans le pays dirigé par la junte. Il s’agissait d’une demande des ONG de défense des droits humains après le coup d’Etat militaire qui a eu lieu en 2021.

« Le contexte, qui ne cesse de se dégrader au Myanmar, en matière de droits humains et plus généralement d’Etat de droit, depuis le coup d’Etat de février 2021 nous a conduits à réévaluer la situation et ne permet plus à TotalEnergies d’apporter une contribution positive suffisante dans ce pays », a précisé le groupe dans un communiqué.

Le processus de retrait « prévu aux contrats du champ de Yadana et de la société de transport MGTC au Myanmar » est enclenché « sans aucune contrepartie financière pour TotalEnergies », précise le géant de l’énergie, implanté de longue date dans le pays...

« Nous avons réévalué notre intérêt pour le projet de gaz naturel de Yadana afin de permettre une transition planifiée et ordonnée qui conduira à un retrait du pays », a déclaré dans un communiqué Cameron Van Ast, porte-parole de Chevron. « En tant que non-opérateur détenant une participation minoritaire dans ce projet, notre priorité immédiate reste la sécurité et le bien-être des employés, la sécurité des opérations et la fourniture de l’énergie dont les populations du Myanmar et de la Thaïlande ont tant besoin », a-t-il ajouté...

L’ONG Human Rights Watch a, elle, salué une annonce « significative », ajoutant que les gouvernements étrangers n’auront « plus d’excuse pour retarder l’imposition de sanctions ciblées sur des entités gazières et pétrolières du pays ». ..

Quelques rares entreprises étrangères avaient auparavant plié bagage, parmi lesquelles le groupe de télécoms norvégien Telenor et le producteur français d’énergies renouvelables Voltalia, qui y était présent depuis 2018. D’autres, comme EDF, avaient annoncé la suspension de leurs activités ou de leurs commandes dans le pays...

Zeitleiste