abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb

This page is not available in English and is being displayed in French

Article

Mozambique : Les bureaux d'un journal incendiés après la publication d'un article allégant l'existence d'un contrat illégal secret entre le ministère de la Défense et les entreprises exploitant le gaz naturel

« Mozambique. L’attaque sans précédent contre le journal Canal doit sans délai faire l’objet d’une enquête », 31 août 2020.

Les attaques persistantes contre les journalistes au Mozambique ont pris une nouvelle tournure effrayante le 23 août avec l’incendie criminel d’un journal, a déclaré Amnesty International le 31 août, parallèlement à la publication d’un nouveau rapport sur les attaques contre la liberté de la presse et la liberté d’expression dans le pays.

Le 23 août, un groupe de personnes non identifiées se sont introduites par effraction dans les locaux du journal hebdomadaire Canal de Moçambique, y ont déversé du carburant et y ont mis le feu en utilisant un cocktail Molotov, détruisant une grande partie des équipements, des meubles et des dossiers...

Canal avait également publié, le 11 mars 2020, un article intitulé « Le commerce de la guerre à Cabo Delgado », faisant état de l’existence présumée d’un contrat illégal secret entre le ministère de la Défense, le ministère de l’Intérieur et des entreprises exploitant le gaz naturel dans la province mozambicaine de Cabo Delgado.  Selon cet article, les deux ministères ont fourni des services à ces entreprises, mais le paiement de ces services a été déposé sur le compte personnel du ministre de la Défense de l’époque, Atanásio Salvador Ntumuke, au lieu d’être remis au ministère de la Défense.

« L’attaque contre les locaux de Canal représente un tournant en ce qui concerne l’escalade de la répression contre les droits humains au Mozambique. Il s’agit d’une terrible attaque contre la liberté de la presse, et de la manifestation la plus extrême à ce jour des dangers croissants auxquels sont confrontés les journalistes au Mozambique, a déclaré Deprose Muchena, directeur du programme Afrique de l’Est et Afrique australe à Amnesty International.

« Les autorités doivent diligenter sans délai une enquête indépendante, impartiale et transparente sur cette attaque, et déférer les responsables présumés à la justice...