abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb

This page is not available in English and is being displayed in French

Article

Probo Koala: les victimes réclament les indemnisations dues

En Côte d'Ivoire, une manifestation des victimes des déchets toxiques a été empêchée, jeudi matin à Abidjan, par la police ivoirienne. Plusieurs dizaines de manifestants ont été sommés de quitter les lieux peu de temps après s'être réunis devant l'ambassade américaine. Les faits remontent à 2006, lorsqu'un cargo, le Probo Koala, a déversé des tonnes de résidus toxiques autour d'Abidjan, faisant officiellement 17 morts, et des dizaines de milliers de victimes. Dix ans après l'affaire dite du Probo Koala, les victimes devaient être toutes indemnisées, conformément à une décision de justice prise à Londres en juin dernier. La négligence du cabinet chargé d'indemniser les victimes avait alors été actée. Celui-ci avait en effet versé l'argent à un intermédiaire ivoirien peu digne de confiance et une partie de la somme destinée aux victimes avait été détournée. Mais les victimes s'impatientent comme l'explique à RFI, Charles Koffi, président du Réseau national pour la défense des victimes des déchets toxiques de Côte d'Ivoire...Les victimes, souffrent, certaines sont handicapées à vie du fait « des effets pervers des déchets », d'autres décèdent, insiste Charles Koffi qui reproche aux autorités leur passivité. L'association continuera son action jusqu'à ce qu'une issue soit trouvée à leur problème.

Part of the following stories

Trafigura lawsuits (re Côte d’Ivoire)

Côte d’Ivoire : 10 ans après le déversement, les victimes ignorent encore tous les impacts des déchets toxiques