Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Centrafrique: L'exportation des diamants va bientôt reprendre avec la levée partielle de l'embargo, selon les autorités

Auteur: Jeune Afrique, Publié le: 7 June 2016

"Centrafrique : reprise officielle de l’exportation de diamants", 6 juin 2016

Les exports de diamants...vont effectivement reprendre en Centrafrique, a indiqué...Leopold Mboli Fatrane, le ministre des Mines...La levée partielle de l’embargo...s’appliquera dans un premier temps pour les diamants extraits dans la région de Berbérati au sud-ouest...« Comme vous le savez, nous devons suivre certaines règles qui sont imposées par le Processus de Kimberley. Nous devons distinguer les diamants dits du sang de ceux qui ne le sont pas », a dit...[le ministre]. Pour éviter les « diamants de sang », qui exige notamment que les mines du pays producteur ne soient pas sous la coupe de groupes armés et que l’administration contrôle les zones de production, le Processus de Kimberley a été mis sur pied en 2000...Un embargo qui a nourri la contrebande...Ainsi, le processus de Kimberley notait lui-même que l’embargo souffrait des lacunes sérieuses puisque « des expéditions internationales de diamants d’origine centrafricaine ont eu lieu »...Le 20 août 2015, les Nations Unies ont mis sur liste noire le bureau d’achat de diamants en Centrafrique (Badica), un des principaux négociants de diamants du pays, et sa filiale belge Kardiam, « pour avoir fourni du soutien à des groupes armés, nommément la Séléka et les anti-balaka », selon la décision rendue par le Conseil de sécurité. En septembre, Amnesty International estimait qu’« il y a un fort risque » que le principal négociant du pays, Sodiam, ait amassé pendant le conflit quelque 60 000 carats de diamants, d’une valeur de 7 millions de dollars, ayant servi à financer les milices chrétiennes anti-balaka.

Tout lire

Entreprises concernées: Endiama (Empresa Nacional de Diamantes de Angola) SODIAM (part of Endiama)