abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Côte d'Ivoire: Les exportateurs nationaux de cacao dénoncent la concurrence des multinationales qui disent respecter la réglementation pertinente

"Côte d’Ivoire-cacao : Les exportateurs nationaux en concurrence avec les multinationales craignent la faillite", 25 février 2020

L’Association Ivoirienne des exportateurs de cacao a déclaré...que les exportateurs ivoiriens de cacao craignent de faire faillite parce qu’ils ne peuvent pas concurrencer les prix plus élevés que les multinationales paient pour les fèves de cacao. Les entreprises de chocolat telles que Lindt, Hershey et Ferrero paient une prime pour le cacao durable fabriqué en achetant principalement à des sociétés multinationales telles que Cargill, Olam et Barry Callebaut...Les exportateurs nationaux...ont moins de moyens financiers pour acheter des fèves de cacao – dont le prix a été gonflé par les achats des multinationales... 

Le Conseil du café-cacao (CCC) a perdu 300 milliards de francs CFA (496,7 millions de dollars) lorsque les exportateurs locaux ont fait défaut ou ont fait faillite au cours des campagnes 2016/17 et 2017/18 car ils ne pouvaient pas financer les fèves de cacao pour honorer leurs contrats d’exportation. « Onze de nos membres sont au bord de la faillite et en défaut de paiement parce qu’ils ne peuvent pas honorer leurs contrats (d’exportation) », a déclaré Constance Kouamé, secrétaire générale de l’Association Ivoirienne des exportateurs de cacao. « Ils ne peuvent pas acheter de fèves face à la concurrence des multinationales. Nous sommes tous impuissants. »...

Selon le CCC, les multinationales contrôlent entre 75% et 80% des arrivées et des exportations de cacao en Côte d’Ivoire, et selon les intermédiaires auprès desquels les multinationales font les achats disent que ces dernières achètent des fèves entre 975 et 980 francs CFA le kilo...Un porte-parole d’Olam Cocoa a déclaré que l’entreprise était pleinement conforme aux règles du CCC, tandis que Cargill a déclaré qu’elle respectait toutes les réglementations du conseil concernant le volume physique. Barry Callebaut n’a pas répondu à une demande de commentaire.