abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Canada : Le gouvernement annonce son plan de lutte contre le risque accru de contamination à la Covid-19 chez les travailleurs agricoles

« L'enfer des travailleurs agricoles sans statut en Ontario » 2 juillet 2020

Dans le Sud-Ouest de l'Ontario, les travailleurs agricoles sont largement surreprésentés parmi les personnes infectées par le coronavirus. Depuis le début de la pandémie, près de 1000 d’entre eux l’ont contracté, soit près d’un tiers des cas confirmés dans cette région. Parmi eux, bon nombre sont des ouvriers migrants sans statut. Ils travaillent sous la coupe d’un système organisé qui échappe aux inspections et aux dépistages. Pourtant, les autorités sont informées de leur existence...

C’était horrible. Il n’y avait rien : pas de couvertures, pas de nourriture, une odeur horrible parce que les toilettes sont mal faites. Quand tu les utilises, toute l’odeur des excréments sort. C’est irrespirable.

Les matelas sont sales, ils empestent, raconte-t-il aussi. Nous ne pouvions pas dormir dessus. Et on ne nous a jamais apporté de nourriture. Nous n’avons rien mangé jusqu’au jour suivant.

En entrevue le 19 juin dernier, Irek Kusmierczyk, secrétaire parlementaire de la ministre fédérale de l’Emploi et député de la circonscription Windsor-Tecumseh, décrit lui aussi le mode opératoire de ces réseaux qui contribuent à la propagation du coronavirus.

Une des préoccupations soulevées à plusieurs reprises par l’un des maires concernait le fait que des personnes recrutent des travailleurs saisonniers pour les exploitations. On m’a dit que plus de 2000 travailleurs seraient touchés. Le problème, c’est que certains des recruteurs ne suivent pas les consignes sanitaires, déplore-t-il....

Dans son plan en trois points dévoilé le 24 juin pour augmenter le dépistage et réduire la propagation du coronavirus dans Windsor-Essex, le gouvernement affirme avoir la volonté de protéger les travailleurs saisonniers. Plusieurs organisations de défense des droits des travailleurs migrants critiquent toutefois vivement le plan, qui, selon elles, ne s’attaquerait pas aux vrais problèmes auxquels font face ces ouvriers.

Le 29 juin, l’organisation Justicia for Migrant Workers publie un communiqué dans lequel elle réclame la fermeture immédiate de l'ensemble de l'industrie agricole jusqu'à ce que chaque lieu de travail soit entièrement désinfecté et que des mesures de sécurité soient mises en place pour garantir que les travailleurs ne risquent pas leur vie et leur santé.