abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Claude Kabemba, directeur de l'Observatoire des ressources naturelles d'Afrique australe [Interview]

[Selon Claude Kabemba] «Il y a une force qui vient de la société civile et de certains gouvernements qui pensent que le processus de Kimberley a réussi à réduire les conflits liés au diamant sur le continent. Mais il se trouve que l'industrie fait face à d'autres problèmes qui incluent aussi les abus des droits de l'Homme.» Faut-il inclure les droits de l'Homme dans la lutte contre les «diamants du sang» ? Voilà l'une des questions posée cette semaine à Johannesburg où s'est ouverte ce mardi 19 novembre la réunion annuelle des pays membres du Processus de Kimberley, qui vise à lutter contre le financement des conflits par les diamants. Certaines ONG et certains pays voudraient inclure la défense des droits de l'Homme mais les grands producteurs de diamants y sont réticents. Pour en parler, Olivier Rogez reçoit Claude Kabemba, directeur de l'Observatoire des ressources naturelles d'Afrique australe [Southern Africa Resource Watch (SARW), Emission radiophonique].