abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Etats-Unis: La Cour suprême estime qu’UPS devait justifier son refus d'aménager les fonctions de ses employées enceintes

« Discrimination au travail: la Cour suprême appuie les femmes enceintes », 25 mars 2015

La Cour suprême des États-Unis s'est rangée du côté des femmes enceintes…en jugeant qu'un patron devait justifier tout refus d'aménager les conditions de ses employées pendant leur grossesse…Peggy Young travaillait comme chauffeur-livreur pour l'entreprise postale…UPS quand elle a demandé…une adaptation de ses conditions de travail après être tombée enceinte…Ses médecins avaient requis qu'elle ne soulève pas plus de neuf kilos, alors que ses fonctions exigeaient qu'elle puisse porter des colis de plus de 32 kilos. Mais son employeur…avait refusé de lui attribuer un poste avec des charges «légères»…arguant que ces postes étaient réservés à ses employés «blessés» ou handicapés…[La Cour suprême] La plus haute juridiction du pays a donné raison à la plaignante en renvoyant toute l'affaire devant la cour d'appel. Elle a estimé que l'employeur devait «justifier son refus» d'aménager les fonctions de la femme enceinte, en s'appuyant sur «des raisons légitimes et non discriminatoires»…[mais] que la plaignante a «la responsabilité initiale» d'établir la discrimination…