abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Etats-Unis : Les cadres de Kickstarter forment un syndicat ; une première dans le secteur des technologies

« Les salariés de Kickstarter se syndicalisent, une première dans la Tech » 19 février 2020

Si les cols-bleus travaillant pour Google ou Facebook via des entreprises d'intérim ont multiplié la formation de syndicats ces trois dernières années, l'annonce est inédite pour des cadres (ingénieurs, designers…) embauchés par une société technologique aux Etats-Unis. Elle est scrutée de près par Google et Amazon, qui craignent une évolution similaire.

Un syndicat a été formé mardi au sein de la plateforme de financement participatif Kickstarter, une première pour une entreprise technologique américaine. Quarante-six salariés se sont prononcés en faveur du rattachement à l'Office and Professional Employees International Union, un syndicat représentant 125.000 cols blancs aux Etats-Unis et au Canada. Trente-sept ont voté contre...

L'idée est née après des désaccords avec la direction concernant la présence d'une campagne de financement pour une BD satirique comportant des images de personnes frappant des Nazis...

Aziz Hasan, le PDG de l'entreprise, a annoncé mardi "soutenir et respecter cette décision". Il s'était jusqu'ici opposé à la formation d'un syndicat, estimant que la structure de "benefit corporation"... adoptée par l'entreprise en 2015 , était suffisante. "Le cadre syndical est intrinsèquement antagoniste", avait-il écrit dans une lettre ouverte en septembre, après le licenciement de deux salariés estimant avoir été virés à cause de leur activisme pro-syndicat.