abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb
Affaire

Guinée : Des centaines de ménages seront déplacés par un projet d'AngloGold Ashanti - ils ont été intimidés et menacés selon deux ONG

En novembre 2015, une force militaire guinéenne a réprimé des manifestations dans la Commune Rurale de Kintinian, Siguiri, sous prétexte de déguerpir des miniers étrangers non autorisés. AngloGold Ashanti entame maintenant ( août 2016 ) un processus de réinstallation d’environ 377 ménages dans cette zone. Selon l'entreprise, les villageois ont consenti à ce processus, mais des villageois ont indiqué qu'ils ont signé les formulaires de consentement suite à des intimidations. Beaucoup d'entre eux disent ne pas avoir compris les formulaires qu'ils ont signés. En plus de ces inquiétudes d'intimidation et de non consentement, selon les ONG guinéennes CECIDE (Centre de Commerce International pour le Développement) et MDT (Mêmes Droits pour Tous), plusieurs villages concernés n'ont pas été consultés ; les compensations sont nettement inadéquates ; et « la procédure de traitement de plaintes [est] élaborée dans un document...que le villageois n’ont pas vu et qui est sous le contrôle » de l'entreprise.

Ces deux ONG « ont demandé à la SAG et au Gouvernement guinéen de suspendre toute activité de réinstallation partielle jusqu’à ce que :

1. la SAG ait rendu public 1) une copie complète du PARC aux communautés affectées, y compris toutes les annexes mises à jour depuis 2013, 2) une version sommaire du PARC traduite dans la langue accessible aux communautés affectées ;

2. une enquête indépendante d’établissement des faits concernant les questions de consultations, de consentement aux accords de réinstallation et aux mesures de compensation ait été complétée par les ONG CECIDE et MDT, avec la pleine coopération d’AngloGold Ashanti Limited et la SAG, sa filiale en Guinée ;

3. sur la base de cette enquête, une entente négociée sur la voie à suivre – avec une assistance juridique indépendante des membres de la communauté affectée et au mieux, facilitée par un médiateur conjointement choisi par les deux partis – ait été librement consentie pour trouver une solution constructive, fondée sur le droit... »

Nous avons invité AngloGold Ashanti à répondre à ces allégations et aux demandes des ONG. Sa réponse se trouve ci-dessous.