abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Israël: L'audience contre NSO Group pour utilisation supposée de logiciels espions se tiendra à huis clos

«Israël. Le tribunal décide d’examiner l’affaire intentée contre NSO Group à huis clos» 16 janvier 2020

En réaction à la décision du tribunal de district de Tel-Aviv, rendue le 16 janvier 2020, de tenir l’audience à huis clos dans l’action en justice demandant l’annulation de la licence d’exportation de l’entreprise israélienne de logiciels espions NSO Group, Danna Ingleton, directrice adjointe d’Amnesty Tech, a déclaré 

« Le ministère israélien de la Défense tente une nouvelle fois de se soustraire à un examen public médiatisé. Le logiciel espion de NSO Group a mis la vie de militants des droits humains en danger à travers le monde. Il relève clairement de l’intérêt général de juger cette affaire en audience publique et nous gardons l’espoir que les informations relatives à l’audience seront rendues publiques.

« La complicité secrète entre gouvernements et l’opaque industrie de la surveillance doit cesser. Nous continuerons de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour faire en sorte que les produits intrusifs de NSO Group ne puissent plus servir à commettre des violations des droits humains à travers le monde. »

Gil Naveh, porte-parole d’Amnesty International Israël, a ajouté :

« Nous déplorons que ce soit devenu une pratique courante dans les affaires liées à la surveillance, mais les entreprises de logiciels espions ne doivent pas être au-dessus de tout examen, notamment lorsque de nombreux éléments attestent d’une utilisation abusive. Les pratiques de NSO Group ont été couvertes dans le monde entier… Pourquoi aujourd’hui tenir les citoyens dans l’ignorance ? Nous examinerons avec soin la décision du tribunal sur cette affaire et envisagerons la suite à donner. »