abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Israël : Un tribunal rejette la demande d'Amnesty d’annuler la licence d'exportation de l'entreprise NSO Group

« Israël. Un tribunal rejette la demande d’annulation de la licence d’exportation de l’entreprise de logiciels espions NSO Group » 12 juillet 2020

Le 13 juillet, un tribunal de district de Tel-Aviv a rejeté une demande, soutenue par Amnesty International, visant à forcer le ministère de la Défense à annuler la licence d’exportation de l’entreprise de logiciels espions NSO Group.

Danna Ingleton, directrice adjointe d’Amnesty Tech, a déclaré :

« La décision honteuse rendue aujourd’hui porte un coup cruel aux personnes menacées partout dans le monde par NSO Group, qui vend ses produits à des auteurs bien connus d’atteintes aux droits humains. Il est consternant que le tribunal n’ait pas pris les mesures nécessaires à ce moment où NSO et le ministère de la Défense israélien devraient être amenés à rendre des comptes pour leurs pratiques....»

« NSO Group continue de tirer profit d’atteintes aux droits humains en toute impunité. La décision du tribunal va à l’encontre des montagnes d’éléments prouvant que les logiciels espions de NSO Group sont utilisés pour s’en prendre à des défenseur·e·s des droits humains dans des pays allant de l’Arabie saoudite au Mexique, y compris à un nos propres employés, ce qui était la base de cette affaire....»

La procédure judiciaire engagée par des membres et des sympathisant·e·s d’Amnesty International Israël, entre autres, intervient après la découverte d’éléments de preuve montrant que les logiciels espions de NSO, particulièrement le logiciel Pegasus, ont été utilisés contre un employé d’Amnesty International et contre de nombreux journalistes et militant·e·s, notamment au Maroc, en Arabie saoudite, au Mexique et aux Émirats arabes unis.