abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Le gouvernement veut contrôler l’exportation des logiciels de surveillance [France]

Fini le business en toute liberté avec les dictatures. Le gouvernement veut mettre de l’ordre dans les exportations des technologies d’interception de données, comme les proposent des sociétés françaises telles que Qosmos ou Amesys [filiale de Bull]…Amesys a été mis en cause en Libye, pour avoir fourni un moyen de surveillance de masse, pouvant mener à l’arrestation et à la torture d’opposants politiques. La Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) et la Ligue des droits de l’homme (LDH) ont d’ailleurs déposé plainte contre X en octobre 2011 pour « complicité d’actes de torture ». Mais l’affaire n’avance que lentement…En janvier 2013, la Cour d’appel de Paris a donné son feu vert à la poursuite de l’instruction…[Qosmos] est également visé par une plainte de la FIDH et la LDH…pour la fourniture de matériel de surveillance au régime de Bachar al-Assad…Qosmos a[urait] contre-attaqué en portant plainte en septembre pour dénonciation calomnieuse…

Part of the following stories

Affaire Qosmos (Syrie)

France : Le gouvernement encadrera l’exportation des logiciels de surveillance par les entreprises comme Amesys & Qosmos vers les dictatures

Procès Amesys (Libye)