abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Mozambique : L'exploitation de gaz suscite des risques de corruption et des menaces sécuritaires liées au terrorisme islamique

« Gaz du Mozambique : entre potentiel et menaces », 26 février 2020.

L'exploitation du gaz va se transformer en véritable jackpot pour le gouvernement mozambicain...3 milliards de dollars par an de recettes fiscales sont escomptés...Plus de 700 000 emplois, dont 15 000 directs, sont anticipés...le président Filipe Nyusi, réélu le 15 octobre, a profité de la cérémonie d'investiture, le 15 janvier, pour annoncer que son gouvernement souhaitait créer un fonds souverain destiné à investir dans l'économie du pays les revenus à venir...

Des doutes planent toujours. Alors que les découvertes de gaz ont été réalisées entre 2010 et 2013, le passage de l'exploration à l'exploitation s'est enlisé...À cela s'ajoutent les problèmes de corruption et d'opacité...En avril 2016 a éclaté le scandale « des dettes cachées »...deux milliards de dollars d'emprunts – non déclarés au Fonds monétaire international (FMI) – ont servi à financer du matériel de surveillance maritime, mais aussi des commissions versées à des officiels mozambicains...

Le terrorisme islamique s'est invité dans la province gazière de Cabo Delgado. Le groupe Ansar Al-Suna, fondé en 2015, a basculé dans la violence en octobre 2017...d'autres groupes islamistes sont apparus. Les attaques se sont multipliées, passant...à une douzaine en 2019, et sont rapprochées des usines en construction. Elles ont causé la mort d'au moins 500 personnes et le déplacement de dizaines de milliers de Mozambicains...La mort d'un sous-traitant d'Anadarko, en février 2019, dans une embuscade sur la route, a changé la donne. Les sites sont protégés par l'armée, en contrepartie d'une prise en charge financière par les sociétés, et les déplacements se font sous escorte en voiture blindée...