abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthC4067174-3DD9-4B9E-AD64-284FDAAE6338@1xinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshIconnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Rapport

15 Jul 2014

Auteur:
Aly Sagne (Sénégal) & Audrey Olivier Muralt (Suisse)

[PDF] Rapport de l'atelier sur le Code de conduite pour les entreprises de sécurité privées organisé à Dakar en juin 2014

Atelier de travail sur le Code de conduite pour les entreprises de sécurité privées Dakar, Sénégal - 5 juin 2014

Le 5 juin 2014, leCentre pour le Contrôle Démocratique des Forces Armées (DCAF, www.dcaf.ch) et Lumière Synergie pour le Développement – avec le soutien du Département Fédéral des Affaires étrangères de la Suisse - ont organisé un atelier de travail sur le Code de conduite international des entreprises de sécurité privées à destination des organisations de la société civile. Les objectifs de cet atelier étaient les suivants :Faire connaître les dispositions du Code de Conduite auprès de la société civile africaine ; Promouvoir l’Association du Code de Conduite auprès de la société civile africaine et explorer les différentes modalités d’engagement ; Identifier les principaux clients des entreprises de sécurité privées, et les risques générés par la présence et les opérations des entreprises de sécurité privées en Afrique ; Identifier les besoins liés à la mise en oeuvre efficace du Code de Conduite. L’atelier de travail a regroupé plus d’une vingtaine de participants, provenant d’organisations de la société civile du Sénégal, de la République démocratique du Congo, du Niger, du Rwanda, du Gabon ainsi que la Commission nationale des droits de l’homme du Mali. Ce rapport vise à restituer les présentations effectuées lors de l’atelier et les discussions des groupes de travail.