abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Répondant aux critiques de la société civile, Total déclare qu'elle n'a rien à cacher des contrats pétroliers signés avec le Sénégal

"« Nous n'avons rien à cacher des contats signés au Sénégal »", 3 mars 2018

Depuis un certain temps, la polémique tourne autour des contrats signés entre l’Etat du Sénégal et la compagnie française Total le 2 mais 2017, pour l’exploitation du pétrole et du gaz. En effet, la société de l’énergie vient de briser le silence en précisant qu’il n’y a aucun mystère autour de ces contrats signés...selon le directeur général de la branche Marketiong et services de Total, Momar Nguer...« tout est transparent dans ces contrats, il n’y a rien à cacher. » « Total est une compagnie extrêmement transparente. Il est au Sénégal depuis 70 ans. Si nous n’étions pas transparents, nous ne serions pas encore dans ce pays. Il y a des contrats qui ont été signés et d’ailleurs nous ne sommes pas les seuls à avoir signé des contrats. J’entends beaucoup de bruits autour de ces contrats, mais les choses sont très claires du coté de Total et du côté de l’Etat du Sénégal. Nous n’avons rien à cacher des contrats signés au Sénégal »..Selon lui, il n’y a aucun mystère sur ces contrats signés pour l’exploitation du pétrole et du gaz découvert au Sénégal. « Une fois de plus encore, c’est un accord pour faire de l’exploration, c'est-à-dire pour faire de la recherche. Et ces contrats pétroliers, il faut qu’on arrête de fantasmer là-dessus. Ce sont des contrats transparents. Il n’y a aucun mystère là-dessus. Nous allons dépenser des dizaines et des dizaines de milliards de francs Cfa pour chercher du pétrole. Et si on trouve, on va partager. Ce n’est pas plus compliquer que ça. Il n’y a aucune intention d’exploitation de qui que ce soit », a-t-il martelé. Répondant à ceux qui disaient que Kosmos présentait la meilleure offre pour l’exploitation du pétrole et du gaz, M Nguer soutient : « La capitalisation boursière de Total c’est 120 milliards dollars. Par contre la capitalisation boursière de Kosmos, c’est prés 3 milliards dollars. C’est cela la différence entre Total et Kosmos...Total qui est la quatrième compagnie pétrolière au monde, un des spécialistes mondiaux de l’offshore profond. Il est reconnu parmi ses pairs comme les meilleurs  dans ce domaine », a-t-il laissé entendre.