G7 : Les entreprises s'engagent contre les inégalités et pour l'environnement

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Article
28 August 2019

G7 : 150 marques s'engagent pour un « Fashion pact » de l'environnement

Auteur: CNews

« Pour le G7, 150 marques s'engagent pour un « Fashion pact » de l'environnement », 24 août 2018

Ce lundi 26 août, François-Henri Pinault présentera l'accord collectif à Biarritz. Missionné par Emmanuel Macron dans le cadre des Accords pour le climat, l'homme d'affaires a réuni près de 30% des acteurs de l'habillement autour d'engagements pour une mode plus durable.

Dirigeant du groupe Kering (Yves-Saint Laurent, Gucci, Balenciaga...), il a rassemblé autour de lui 150 marques issues des différentes familles du secteur. Parmi les signataires, on retrouve d'autres enseignes de luxe (Chanel, Hermès...), les marques de sport (Nike, Puma, Adidas...), le groupe Inditex (Stradivarius, Zara...), H&M ou encore la grande surface Carrefour...

...Les ONG environnementales sont toutefois sceptiques sur le réel impact de cette charte écologique. Le «Pacte pour la mode» sera basé sur un principe de volontariat, sans règles imposées.

Chaque année, les marques signataires devront réaliser des compte-rendus pour mesurer les progrès obtenus.

 

Tout lire

Article
27 August 2019

G7 : 30 marques présentent leur "Fashion pact" de l'environnement

Auteur: Hortense de Montalivet, Huffington Post

«  Au G7, une trentaine de marques présentent leur "Fashion pact" de l'environnement », 26 août 2019

Une trentaine des principaux acteurs du prêt-à-porter et de l'habillement ont annoncé prendre des engagements en faveur du climat, de la biodiversité et des océans...

...Des objectifs élevés ont été annoncés à Biarritz. Pour les océans par exemple, les signataires s’engagent à éliminer le plastique à usage unique d’ici 2030 et à soutenir la recherche et l’innovation pour limiter la pollution aux microfibres. Du côté de la biodiversité, ils soutiennent une agriculture régénérative et non intensive, adoptent des standards en faveur du bien-être animal, et s’assurent qu’ils ne participent pas à la dégradation des forêts. Et pour ce qui est du climat, les membres du “pacte”, annoncent vouloir atteindre le “zéro émission” en 2050, et passer à 100% d’énergies renouvelables d’ici 2030 dans leur chaîne d’approvisionnement.

D’ores et déjà responsable dans le monde de 20% des rejets d’eaux usées, de 10% des émissions de carbone, de 22,5% de l’usage de pesticides et de 20% de la pollution de l’eau, le secteur risque de voir sa pollution augmenter de 60% d’ici 2030 si ces pratiques n’évoluent pas en profondeur. C’est là encore ce que vise le “pacte”, mais il faudra des effets tangibles pour convaincre les défenseurs de l’environnement...

...La crainte de Muriel Arnal -de l'ONG One Voice], c’est un “Fashion pact” qui “prévoirait des aménagements cosmétiques”. “Il ne faut pas ralentir la pollution, il faut arrêter de polluer. Il faut arrêter l’élevage”, insiste-t-elle...: “Aller au G7 pour annoncer que l’on essaie de chercher des améliorations, c’est très disproportionné par rapport à la situation écologique actuelle”, s’alarme-t-elle... 

Tout lire

Article
27 August 2019

G7 : 34 multinationales s'engagent contre les inégalités

Auteur: Europe 1

« Lutte contre les inégalités : 34 entreprises mondiales s'engagent », 23 août 2019

L'initiative Business for Inclusive Growth, soutenue par 34 multinationales, sera présentée à l'Élysée et sera lancée lors du G7. Le projet appelle à une "action collective" de la part des entreprises et des gouvernements...

...Ces 34 entreprises, employant au total plus de 3,5 millions de personnes, s'engagent dans une charte à "intensifier leur action pour faire progresser les droits humains à tous les stades de leurs chaînes de valeur (…) et à renforcer l'inclusion dans leurs écosystèmes internes et externes", selon le communiqué...

Ce manifeste est "extrêmement engageant", et "rédigé au mot près avec les entreprises concernées, car ce texte est opposable", a expliqué à l'AFP le secrétaire général de Danone Mathias Vicherat. "Quand il est écrit que les entreprises s'engagent en matière de travail décent sur toute la chaîne de production, y compris la chaîne d'approvisionnement, quand les entreprises disent qu'elles combattent le travail forcé et qu'elles veulent respecter la liberté d'association, ce sont des termes très forts parce que ça veut dire qu'elles prennent ces engagements dans tous les pays du monde où elles opèrent", assure-t-il.

Tout lire