abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthC4067174-3DD9-4B9E-AD64-284FDAAE6338@1xinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshIconnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

14 Oct 2021

Auteur:
Courrier International

Italie : Le groupe de travail de l'ONU sur les entreprises et les droits de l'homme souligne les conditions de travail "intolérables" des travailleurs migrants

"Droits des travailleurs migrants : les Nations unies réprimandent l’Italie", 8 octobre 2021

...[Surya Deva, du groupe de travail de l'ONU] avait pour mission “de conduire une enquête de terrain pour vérifier les efforts effectifs des entreprises italiennes pour protéger les droits des travailleurs”. Voilà qui l’a poussé à sillonner la péninsule pendant dix jours pour enfin apporter ses conclusions sur le sujet. Celles-ci, que l’on retrouve sur le site de l’ONU Italie, mettent en avant un problème en particulier : le traitement des travailleurs immigrés...

“Ceux qui travaillent dans des secteurs comme l’agriculture, l’habillement ou la logistique sont enfermés dans un cercle vicieux d’exploitation, d’esclavage à cause de dettes et d’abus touchant aux droits humains”, dénonce Deva, qui souligne que le statut de clandestin dans lequel demeurent de nombreux migrants constitue un facteur d’exploitation supplémentaire...

Un réservoir presque intarissable pour le travail au noir, surtout dans l’agriculture, secteur où 34 % des employés n’ont pas de contrat selon l’Institut national de la statistique italien...

...[S]elon l’ONU, le problème principal de l’Italie ne réside pas dans ses lois mais plutôt dans les moyens insuffisants dont dispose le pays pour les appliquer. Sorte de panacée contre ce mal : la figure de l’inspecteur du travail. Ces professionnels devraient être beaucoup plus nombreux en Italie, s’insurgent les Nations unies. Il ne reste plus qu’à trouver les fonds pour en embaucher.