abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthC4067174-3DD9-4B9E-AD64-284FDAAE6338@1xinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshIconnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

19 Oct 2021

Auteur:
Nouvelles du monde

Palestine/Israël: Human Rights Watch accuse Facebook et Instagram de censurer les Palestiniens; avec les commentaires de l'entreprise

"Un groupe de défense des droits de l’homme cite la “censure” des Palestiniens sur Facebook", 11 octobre 2021

Facebook et sa plate-forme Instagram ont supprimé et supprimé à tort le contenu des Palestiniens, notamment sur les abus commis lors des violences israélo-palestiniennes cette année, a déclaré Human Rights Watch...

L’accusation ajoute à la pression sur le plus grand réseau social du monde après qu’un dénonciateur a déclaré mardi aux législateurs américains que l’entreprise devait être réglementée...

HRW a cité trois exemples dans lesquels Instagram a supprimé des publications car contenant des « discours ou symboles de haine », mais les publications ont ensuite été rétablies après des plaintes.

Cela “suggère que les mécanismes de détection ou de signalement d’Instagram sont défectueux”...

Un porte-parole de Facebook a déclaré à l’époque que le hash-tag arabe Al-Aqsa avait été « restreint par erreur » dans une action qui avait depuis été «levée».

Facebook s’est excusé “pour les deux problèmes, et à tous ceux, y compris notre communauté palestinienne, qui ont estimé que leur capacité à avoir une discussion ouverte sur des questions importantes a été affectée de quelque manière que ce soit”...

HRW, cependant, affirme que Facebook n’a pas abordé de manière significative les problèmes qu’il a soulevés.

“Au lieu de respecter le droit des gens à s’exprimer, Facebook réduit au silence de nombreuses personnes de manière arbitraire et sans explication, reproduisant en ligne certains des mêmes déséquilibres de pouvoir et violations des droits que nous voyons sur le terrain”...