Myanmar : Un rapport souligne les mauvaises conditions de travail dans les usines textiles

Somo et Collectif Ethique sur l'Etiquette

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Article
5 February 2017

Rapport sur les mauvaises conditions de travail dans les usines textiles birmanes

Auteur: Collectif Ethique sur l'Etiquette

SOMO, le centre de recherche néerlandais sur les entreprises multinationales, et les ONG birmanes Action Labour Rights (ALR) et Labour Rights Defenders & Promoters (LRDP), viennent de publier le 5 février dernier un rapport "The Myanmar Dilemna. Can the Myanmar garment industry deliver decent jobs for workers ?" qui met en lumière les violations des droits humains dans le secteur de la confection textile au Myanmar (ex-Birmanie)...

[Les organisations] ont mené des enquêtes dans 12 usines qui fabriquent les vêtements pour des marques internationales telles que Muji, H&M, C&A ou Primark, et se fonde sur les témoignages de 400 travailleurs de ces usines dont une très large majorité de femmes...Le rapport rend compte des violations des droits fondamentaux au travail dans l’industrie du textile, de mauvaises conditions de travail, de bas salaires (50 euros par mois), d’heures supplémentaires impayées, de travail effectué par de jeunes travailleurs de 15 ans, de violations des droits d’organisation et de négociation collective et de la liberté syndicale, mais aussi de violations des droits fonciers par les militaires qui accaparent les terres agricoles pour y implanter de nouvelles zones industrielles textiles...

Les multinationales de l’habillement qui s’approvisionnent au Myanmar ont une responsabilité d’autant plus conséquente de s’assurer que leur activité ne contribue pas à l’aggravation d’une situation qui fragilise les travailleurs birmans...Plus qu’ailleurs, elle sont le devoir de mettre en oeuvre leur obligation de vigilance, en identifiant et en prévenant ces risques avant de commencer toute relation commerciale...

Tout lire

Rapport
5 February 2017

Résumé du rapport « The Myanmar dilemna. Can the Myanmar garment industry deliver decent jobs for workers ? »

Auteur: SOMO et Collectif Ethique sur l'Etiquette

Les marques et enseignes d'habillement sont constamment à la recherche de lieux de production qui peuvent garantir une production rapide et à bas prix. Ces dernières années, le Myanmar est ainsi devenu un lieu d'approvisionnement très prisé du fait de l'abondance d'une main-d'œuvre bon marché et de ses avantages tarifaires à l'importation de matière première et à l'exportation de produits finis. Les conditions de travail qui prédominent dans ce secteur au Myanmar sont cependant inacceptables. Les violations des droits des travailleurs y sont monnaie courante...

[T]ous les acteurs impliqués – des usines aux multinationales de l'industrie, du gouvernement du Myanmar à ceux qui hébergent les sièges de ce smultinationales – ont la responsabilité fondamentale de protéger et de respecter les droits humains...dont les droits au travail. Comme le montre ce rapport, il est nécessaire et urgent de mettre en œuvre une meilleure évaluation des risques, leur atténuation et la remédiation des violations existantes dans une volonté d'amélioration structurelle. Tous les acteurs doivent coordonner leurs actions dans l'objectif de créer du travail décent pour les travailleurs de l'habillement au Myanmar.

Tout lire

Article
1 February 2016

Réponse d'H&M au rapport SOMO

Auteur: SOMO et Collectif Ethique sur l'Etiquette

H&M conduit une analyse des risques pour évaluer les conditions commerciales et de durabilité avant de décider de s'approvisionner sur un marché particulier. Pour le Myanmar, l'analyse s'est fondée sur des rencontres avec la société civile locale, des dirigeants de l'industrie et du gouvernement, sur la visite d'usines pour se faire une meilleure idée des conditions de travail au Myanmar et sur une analyse interne des opportunités et des enjeux. En plus de l'exigence habituelle faite aux fournisseurs de signer et de se conformer avec l'Engagement d'H&M pour la durabilité et son code éthique, H&M applique au Myanmar d'autres exigences minimales qui concernent notamment la diligence raisonnable en matière de droit foncier. H&M a mentionné qu'elle ne travaillera pas avec des usines situées en Zone Economique Spéciale du fait que le développement de ces zones s'associe à des violations du droit foncier.

... H&M signale être en contact régulier avec les syndicats et des ONG locales pour assurer que la voix des travailleurs est entendue...
 

Tout lire

Article
1 February 2016

Réponse de C&A au rapport SOMO

Auteur: SOMO et Collectif Ethique sur l'Etiquette

C&A prétend s'approvisionner exclusivement auprès de fournisseurs connus avec lesquels un lien de confiance est bâti depuis de longues années. En pratique, cela signifie qu'au Myanmar, C&A ne s'approvisionne qu'auprès d'usines détenues par des étrangers. Pour C&A, c'est une réponse à de nombreux défis au Myanmar. C&A mentionne que, très récemment, une première discussion a eu lieu entre C&A, IndustriALL Global Union, ses affiliés locaux, l'Association des producteurs d'habillement du Myanmar (MGMA), l'OIT et le gouvernement du Myanmar. L'objectif de la réunion était d'identifier les exigences spécifiques du pays pour améliorer effectivement les conditions de travail...

C&A estime que la priorité réside dans la sécurité des bâtiments d'usine et sur les conditions de sécurité et d'hygiène. Ces deux aspects sont les plus susceptibles d'être résolus à court terme. C&A pointe ensuite la liberté d'association et la négociation collective, les salaires et la durée du travail. C&A cherche à collaborer avec des parties prenantes locales et internationales ainsi qu'avec d'autres enseignes d'habillement, l'OIT ou IndustriALL. C&A signale avoir poussé ACT à choisir le Myanmar comme deuxième pays où mettre en œuvre le programme ACT sur le salaire vital...

Tout lire

Article
1 February 2016

Réponse de Primark au rapport SOMO

Auteur: SOMO et Collectif Ethique sur l'Etiquette

Primark écrit qu'elle a aligné sa procédure de diligence raisonnable sur les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme (UNGP) et aux lignes directrices de l'OCDE. Pour le Myanmar, la procédure de diligence raisonnable de Primark inclut une recherche documentaire et une cartographie des parties prenantes...Primark a annoncé qu’à partir de 2017, elle organisera des sessions de consultation avec les travailleurs, facilitées par une ONG locale. Ce processus doit permettre de réaliser une évaluation du Myanmar et d’identifier les domaines d’action prioritaires...

Les conditions de travail dans les usines sont contrôlées par des audits conduites par l’Equipe Ethique de Primark. Chaque site est audité avant d’y placer une première commande. Lorsque la procédure de diligence raisonnable révèle des risques accrus, des audits non annoncées sont réalisées...

Tout lire