Vous êtes redirigé vers l’histoire dans laquelle le contenu a été trouvé pour que vous puissiez le lire dans son contexte. Veuillez cliquer sur le lien suivant si vous n’êtes pas automatiquement redirigé dans quelques secondes.
fr/la-commercialisation-de-pesticides-dangereux-interdits-en-europe-est-au-cœur-du-modèle-d’affaires-de-syngenta-selon-un-rapport-avec-les-commentaires-de-l’entreprise#c187170

Suisse : Un rapport de l’ONG Public Eye révèle les profits que Syngenta réalise grâce à l'exportation de pesticides dangereux interdits en Europe

Auteur: Public Eye (Suisse) , Publié le: 22 April 2019

« Syngenta gagne des milliards en vendant des pesticides extrêmement dangereux », 15 avril 2019

Dans un rapport publié aujourd’hui, Public Eye met pour la première fois en lumière l’ampleur d’un commerce aussi secret que lucratif : les pesticides extrêmement dangereux. En croisant des données de Philips McDougall avec la liste des 310 substances présentant les risques les plus élevés pour la santé ou l’environnement, établie par le Pesticide Action Network (PAN), nous estimons ce marché à environ 22 milliards de dollars en 2017, ou quelque 1,8 millions de tonnes de substances actives. Environ deux tiers de ces volumes ont été vendus dans des pays en développement ou émergents.

Alors que Syngenta vante ses efforts en matière d’innovation et de durabilité, l’enquête inédite de Public Eye révèle que la commercialisation de pesticides extrêmement dangereux est au cœur de son modèle d’affaires. 15 des 32 pesticides présentés comme ses produits vedettes figurent sur la liste noire de PAN. En 2017, le géant bâlois a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 3,9 milliards de dollars grâce aux pesticides extrêmement dangereux, selon nos estimations. La multinationale profite de la faiblesse des réglementations dans des pays comme le Brésil, l’Argentine ou l’Inde pour continuer à vendre ses « blockbusters » toxiques, dont bon nombre ne sont plus autorisés en Suisse ou dans l’Union européenne…

…Dans une pétition, Public Eye demande à Syngenta de s’engager enfin à mettre un terme à la production et à la vente de pesticides extrêmement dangereux. En tant que pays hôte du numéro un mondial des pesticides et pays producteur, la Suisse doit aussi prendre ses responsabilités, en interdisant l’exportation de pesticides bannis sur son sol en raison de leurs effets sur la santé ou l’environnement…

Tout lire

Entreprises concernées: Syngenta