Suisse : Les investissements des banques dans des activités pas très « propres » pourraient empêcher le pays de respecter ses objectifs de l'Accord de Paris

Auteur: Christelle Guibert, Ouest-France , Publié le: 8 November 2019

« Climat. La place financière suisse pollue vingt fois plus que le pays tout entier », 31 octobre 2019

...En misant sur le pétrole, les établissements financiers émettraient vingt fois plus de gaz à effet de serre que l’ensemble du pays. Les Nations unies réclament des comptes sur cette mauvaise politique climatique.

La semaine dernière, le Comité des droits de l’enfant de l’ONU a interpellé la Suisse sur son manque d’ambition climatique. Au vu des émissions de gaz à effet de serre (GES) que le pays libère actuellement, il ne pourra pas respecter ses objectifs pris en ratifiant l’Accord de Paris, en 2015...

Pour être clair, ce sont les investissements des banques et autres fonds dans des activités pas très « propres » qui sont visés. Le Crédit suisse, par exemple, a mis des billes « dans l’extraction du pétrole de schiste américain », nous apprend Laurent Horvath, géo-économiste suisse de l’énergie. Ainsi qu’UBS, la Banque nationale et des fonds de pension suisses.

Attaqué en 2017 pour sa participation à l’oléoduc qui avait provoqué la colère de la tribu sioux de Standing Rock, le Crédit Suisse avait « rejeté vivement » ces accusations. Mais en 2018, cette institution se hissait encore à la 14ème place des entreprises qui investissent dans le pétrole et le gaz, dans le classement de la Rainforest Action Network...

Le secteur financier provoque d’autres émissions indirectes, mais plus locales. Banquiers et hommes d’affaires, pressés, privilégient l’avion pour leurs déplacements. Résultats, les émissions liées au trafic aérien représentent à elles seules 10,6 % des émissions totales de la Suisse...

Tout lire

Entreprises concernées: Credit Suisse