abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthC4067174-3DD9-4B9E-AD64-284FDAAE6338@1xinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshIconnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb

This page is not available in Deutsch and is being displayed in French

Artikel

9 Okt 2020

Autor*in:
Mathieu Henderson,
Autor*in:
Marie Giovanola, RTS

La campagne hors-norme sur l'initiative "entreprises responsables"

« La campagne hors-norme sur l'initiative "entreprises responsables" », 8 octobre 2020.

A Berne, on parle de Goliath contre Goliath. La campagne sur l'initiative "entreprises responsables - pour protéger l'être humain et l'environnement" surprend les observateurs par son intensité. "La force et la complexité des acteurs sont inattendus", indique le politologue Claude Longchamp...

Au niveau politique, l'initiative est soutenue par le PS et Les Verts, ainsi que le PBD, le PEV et les JDC (Jeunes démocrates-chrétiens). Le texte est également soutenu par un comité bourgeois comprenant plus de 350 politiciens du PDC, du PBD, du PEV, du PLR, du PVL et de l'UDC.

Dans le camp des opposants, on trouve le PDC et le PLR. L'UDC doit encore donner son mot d'ordre, mais son comité directeur plaide pour un refus. Celui des Vert'libéraux recommande, lui, le oui...

La campagne se distingue surtout par la stratégie des initiants. "Ils ont mené des pré-campagnes loin du grand public, auprès des universités et de professeurs juristes", explique Claude Longchamp. Un mode opératoire généralement adopté par les milieux économiques...Que ce soit du côté des initiants ou des opposants, il est difficile de connaître les montants investis..."Du moment qu'Economiesuisse ne joue pas la transparence, il n'y a pas de raison que nous le fassions", rétorque Chantal Peyer, membre du comité exécutif de l'initiative.

Elle ajoute: "Au début, on pensait compter surtout sur les contributions des organisations membres, mais au fil du temps, le budget s'est surtout constitué par les milliers de dons de 10, 20 ou 30 francs." Certaines ONG acceptent de dévoiler leurs moyens. C'est le cas d'Amnesty International qui a engagé entre 300'000 et 400'000 francs...

Une fois n'est pas coutume, les milieux ecclésiastiques se sont également impliqués. Baptisé "Églises pour multinationales responsables", un comité composé de 82 paroisses et de plus de 550 personnes soutient le texte...

Story Timeline