abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb

The content is also available in the following languages: English

Affaire

SUEZ mis en demeure de modifier son plan de vigilance pour ses activités au Chili

Sur le fondement de la loi sur le devoir de vigilance, la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH), l'Observatorio ciudadano, la Corporación de Promoción y Defensa de los Derechos del Pueblo (CODEPU) et la Ligue française des droits de l'Homme (LDH) ont mis en demeure SUEZ de modifier son plan de vigilance afin de prendre les mesures nécessaires pour faire face aux défaillances et illégalités alléguées du service d'approvisionnement d'eau assuré par sa filiale ESSAL au Chili.

En juillet 2019, 2 000 litres de pétrole avaient été déversées dans une usine d'eau potable d'ESSAL à Osorno. Le déversement a mené à une coupure d'eau de dix jours dans la commune de 140 500 habitants et a également atteint les cours d'eau rio Rahue et rio Damas. Cette coupure d'eau a affecté les services vitaux des hôpitaux, centres de santé, centre de dialyse et établissements de soins pour les personnes âgées.

Il s'agit de la sixième mise en demeure adressée contre une entreprise française depuis l'entrée en vigueur de la loi sur le devoir de vigilance.

Dans cette histoire, consultez les communiqués de presse des associations et les circonstances de l'affaire, et consultez le plan de vigilance de SUEZ (via la plateforme "le radar du devoir de vigilance").

Story Timeline