abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Togo : Des membres du clergé et des acteurs de la société civile parmi les personnes espionnées sur Whatsapp à l'aide du logiciel de NSO Group

« Des acteurs politiques et des religieux togolais espionnés avec un logiciel espion : révélations du média britannique 'The Guardian' », 3 août 2020.

Un éminent évêque catholique et un prêtre au Togo ont appris qu’ils étaient visés par des logiciels espions de la société de surveillance privée NSO Group, dans le premier cas connu du genre impliquant des membres du clergé. Une enquête conjointe du Guardian et du journal français Le Monde révèle que Mgr Benoît Alowonou et cinq autres personnalités très critiques envers le gouvernement togolais ont été alertés par WhatsApp l’année dernière que leurs téléphones portables avaient été ciblés par la technologie d’espionnage...
WhatsApp a accusé NSO Group dans un procès aux États-Unis d’avoir facilité les attaques contre les 1400 utilisateurs. NSO Group a nié cette affirmation, affirmant que son logiciel est exploité par les gouvernements qui l’achètent. La société a déclaré qu’elle ne pouvait pas révéler les noms de ses clients, qui, selon elle, sont contractuellement obligés d’utiliser le logiciel uniquement contre des criminels et des terroristes...

Bien que l’on ne sache pas qui a perpétré les attaques contre les cibles togolaises, certaines des victimes ont déclaré qu’elles pensaient que le gouvernement togolais était probablement derrière l’effort de surveillance...

Les membres de l’église catholique romaine au Togo font partie des critiques les plus vives du président, y compris Mgr Alowonou, qui a déclaré qu’il pensait être visé en raison de son activisme. «Nous disons parfois des vérités qui irritent les puissants», a-t-il déclaré dans une interview...il a décrit l’utilisation de logiciels espions contre les dissidents comme «dangereuse pour nos libertés et pour la démocratie».
Le prêtre, Pierre Chanel Affognon, qui a également reçu un message de WhatsApp, a déclaré qu’il montrait que tout citoyen pouvait être ciblé. «J’ai été choqué et cela m’a montré le réel manque de pouvoir politique que j’ai», a déclaré Affognon...

Story Timeline