abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

États-Unis : Le Congrès demande à Nvidia et Intel de s’expliquer sur l’utilisation de leurs technologies dans les programmes de surveillance du gouvernement chinois

« Le Congrès américain demande à Nvidia et Intel de s’expliquer sur l’utilisation de leurs technologies dans le Xinjiang », 10 décembre 2020.

Des représentants du Congrès ont rendu publique le 8 décembre une lettre adressée aux directeurs généraux de Nvidia et Intel. Ils demandent, dans cette lettre, aux deux entreprises américaines de s’expliquer sur la vente de puces à une entreprise chinoise. Elles ont servi à construire un superordinateur utilisé pour surveiller et persécuter la population ouïghoure et autres minorités musulmanes de la région autonome du Xinjiang. Une relation d’affaires gênante révélée fin novembre...

Ce superordinateur, le 135e plus puissant au monde, pose un sacré problème. Il est utilisé par la Chine pour mener une « police prédictive », anticipant les délits, faire de la reconnaissance faciale, vocale et visuelle ciblée contre la population ouïghoure et les musulmans de la région à l’extrême Nord-Ouest du pays. L’entreprise qui l’a conçu, avec l’aide de la technologie d’Intel et Nvidia, Sugon est réputée proche du pouvoir chinois et a été placée sur liste noire par les États-Unis en 2019. L’accord avec les sociétés américaines a été conclu quelques années auparavant...

Naturellement, la participation indirecte d’entreprises américaines à la surveillance généralisée dont souffre cette population a de quoi interroger le Congrès américain. Jusqu’ici Nvidia s’est refusé à tout commentaire, expliquant tout juste ne pas être au courant de cette application de sa technologie. Intel, à la suite du courrier des deux élus, a ajouté via un porte-parole qu’elle ne tolère pas l’usage de ses produits pour violer les droits humains et qu’elle cesse ou restreint ses activités lorsqu’elle réalise qu’ils sont utilisés ainsi...

Part of the following stories

China: 83 major brands implicated in report on forced labour of ethnic minorities from Xinjiang assigned to factories across provinces; Includes company responses

China: 83 major brands implicated in report on forced labour of ethnic minorities from Xinjiang assigned to factories across provinces; Includes company responses

China: Mounting concerns over forced labour in Xinjiang