abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapelocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewprofilerefreshnewssearchsecurityPathtagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

Chine : La fabrication de masques a mis en avant le nombre accru d'entreprises profitant indirectement du travail forcé des minorités

« La fabrication de masques faciaux a mis en avant le nombre accru d’entreprises travaillant indirectement avec un camp de travail forcé ouïghour », 1er septembre 2020.

Depuis que la Chine a accéléré la production de masques à la suite de Covid-19, une enquête du New York Times a révélé que certains masques fabriqués dans la région du Xinjiang reposaient probablement sur le travail forcé des ouïghours...une coalition de plus de 190 ONG, a publié un appel à l’action fin juillet, demandant aux marques de s’engager formellement à retirer tout lien de la chaîne d’approvisionnement de la région.

« Il existe un risque grave que les marques et les détaillants de tous les secteurs usent des violations des droits humains, y compris du travail forcé, à la fois dans et depuis la région ouïghour », lit-on dans l’appel à l’action. « Cela est particulièrement vrai dans le secteur de l’habillement, qui a fait l’objet de la majorité des enquêtes sur le travail forcé dans la région. » Cela ne concerne pas uniquement les t-shirts et les jeans ; la demande de masques chirurgicaux a contribué à mettre en lumière ces conditions...

Aux États-Unis des sanctions ont été imposées à des responsables chinois et à des entreprises supposées dépendre du travail forcé ouïghour. Parmi elles, on retrouve des fournisseurs de marques internationales comme Apple, Ralph Lauren et Tommy Hilfiger...

Story Timeline