abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthC4067174-3DD9-4B9E-AD64-284FDAAE6338@1xinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshIconnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb

This page is not available in English and is being displayed in French

Article

12 Mar 2006

Author:
entretien avec Andrew Clapham, Professeur de droit international à l'Institut universitaire de hautes études internationales (Genève) par Stéphane Bussard, dans Le Temps [Suisse]

«Les Etats ne sont pas les seuls responsables des violations des droits humains»

L'OCDE prévoit une instance auprès de laquelle un individu peut porter plainte en cas de violation des droits humains...Et d'ailleurs les entreprises commencent à comprendre qu'elles doivent y prêter attention. Et ce pour deux raisons principales. Même si la plainte proprement dite ne les effraie pas, des organisations comme OECD Watch publient les plaintes sur Internet et assurent un suivi. Cette pratique met les sociétés sous pression. De plus, aujourd'hui, les grands investisseurs tels que les fonds de pension demandent aux sociétés dans lesquelles ils pourraient investir quelle est leur politique en matière de droits de l'homme. [fait référence à Nike, Unocal (partie de Chevron)]

Story Timeline