abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthC4067174-3DD9-4B9E-AD64-284FDAAE6338@1xinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshIconnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb

This page is not available in English and is being displayed in French

Article

15 Mar 2022

Author:
Les Amis de la Terre France

Total mis en demeure de quitter la Russie

Les Amis de la Terre France et Greenpeace France mettent aujourd’hui TotalEnergies en demeure de cesser dans les plus brefs délais toute activité dans le secteur pétro-gazier susceptible de financer la guerre menée par la Russie en Ukraine et d’alimenter les violations des droits humains et libertés fondamentales en cours.

En l’absence de mesures urgentes et nécessaires, des actions judiciaires pourraient être engagées, tant au civil qu’au pénal.

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, il y a trois semaines, la plupart des majors pétrolières ou gazières ont décidé de se retirer de Russie : BP,  Shell, Equinor,  Exxon Mobil  ou ENI … mais pas Total. Alors que le bilan humain de l’agression russe s’alourdit de jour en jour, la position du pétrolier français est très claire : il ne financera pas de nouveaux projets d’hydrocarbures en Russie, mais pas question de remettre en cause ses projets et intérêts actuels en se retirant du pays...

Total est particulièrement proche du groupe gazier russe Novatek, très lié au Kremlin, dont il détient 20% des parts. Gennady Timchenko, l’un des deux principaux oligarques à la tête du groupe Novatek a été ajouté sur les listes de sanctions européennes  et britanniques  à la suite de l’invasion de l’Ukraine 1 . Total est aussi lié à l’entreprise Zarubezhneft, placée également sur la liste des sanctions pour sa proximité et son soutien au Kremlin 2 .

Total possède de nombreuses activités en Russie, qu’il s’agisse de l’extraction de gaz (champs Yamal LNG, Arctic LNG2 et Termokastovoye) ou de pétrole (champs Kyaryaga).

Que ce soit aux côtés de Novatek ou de Zarubezhneft, TotalEnergies se trouve donc désormais impliquée dans des relations d’affaires susceptibles d’alimenter l’acte d’agression de la Russie en Ukraine...

En maintenant ces relations d’affaires avec Novatek ainsi que ses investissements dans les différents projets pétro-gaziers en Russie, Total ne peut ignorer qu’elle contribue à financer l’effort de guerre du Kremlin et, partant, les violations des droits humains et des libertés fondamentales associées.

Cette position est manifestement incompatible avec ses obligations de vigilance et de prudence qui commandent à TotalEnergies de prévenir toute atteinte grave aux droits humains et aux libertés fondamentales, que ce soit en France ou à l’étranger...

Part of the following timelines

Ukraine: Global outrage over Russian invasion leads to sanctions, demands for businesses to divest

France: 2 ONG mettent en demeure TotalEnergies pour arrêter ses activités en Russie en vertu de la loi sur le devoir de vigilance